Climat

Politique Société

Territoires

Les communes, les intercommunalités et l’action climatique : comment accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre

 

Publié le 20 novembre 2019

Accueil > Publications > Les communes, les intercommunalités et l’action climatique : comment accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Notes ouvertes au débat collaboratif

La nouvelle Note de La Fabrique Ecologique « Les communes, les intercommunalités et l’action climatique : comment accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre » issue du groupe de travail présidé par Géraud Guibert est désormais disponible en ligne.
Chacun le sait, les collectivités locales jouent un rôle majeur en matière d’émissions de gaz à effet de serre et prennent de nombreuses initiatives. Les acteurs territoriaux se mobilisent de plus en plus, en France comme dans le monde. La question est alors de savoir si ces actions sont suffisantes pour être dans la ligne des objectifs fixés par l’accord de Paris.

TÉLÉCHARGER LE PDF
Cette note est actuellement ouverte à la co-construction citoyenne. Ceci signifie que chacun(e) peut contribuer à son amélioration en faisant des commentaires et surtout en proposant des amendements précis, soit ci-dessous ou par email à l’adresse contact@lafabriqueecologique.fr. À l’issue de cette période collaborative, le groupe de travail qui a rédigé le document initial se réunira une dernière fois pour retenir les amendements jugés pertinents. Leurs auteurs seront dans ce cas sollicités pour que leur nom figure, s’ils le souhaitent, dans la fiche de présentation de la note en tant que contributeur. La version définitive sera ensuite publiée. 
 
Signataires
  • Géraud Guibert, Président du groupe de travail
  • Antoine Deza, rapporteur
  • Julien Fosse, département Développement Durable et Numérique, France Stratégie
  • Anaïs Guerry, doctorante
  • Jean-Patrick Masson, adjoint au maire de Dijon
  • Benoit Rupied, ancien responsable investissement transition écologique à la CDC

Conformément aux règles de la Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu. Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

 
Autres membres du groupe de travail
  • Jeremy Favriot, RTE
  • Jérémie Landreau, Adjoint au maire de Pessac
  • Pierre Guelman, Directeur des affaires publiques ENEDIS
  • Yannick Régnier, responsable de projets au CLER
  • Jean Facon, Directeur adjoint FNCCR
Personnes auditionnées dans le cadre des travaux
  • Vanina Auverny-Bennetot, responsable d’investissement, Banque des territoires
  • Olivier Landel, délégué général France Urbaine
  • Jacques Rosemont, responsable transition écologique et énergétique du Comité d’orientation et du développement investissement, Caisse des dépôts
  • Nicolas Soudon, Directeur exécutif des territoires, Ademe
Grands témoins
  • Claire Roumet, directrice Energy Cities
  • Antoine Homé, Maire de Wittenheim
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, cette publication sera mise en ligne sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr) afin de recueillir l’avis et les propositions des internautes. Sa version définitive sera publiée par la suite.

3 commentaires

Sebastien Masclet

Il y a 5 mois

Bonjour, Merci pour votre travail très intéressant. Il me semble que l´on pourrait ajouter un point important, concernant la relation entre les interco/communes et l´échelon régional. Les régions ont vu leurs compétences renforcées, elles interviennent notamment dans la cohésion et l´aménagement du territoire, ainsi que sur les questions de mobilités (les transports sont un fort contributeur aux GES). De plus elles sont le gichet unique pour un certain nombre de distributions d´aides européennes (FEDER, FSE, etc...). Ces régions ont rédigé des SRADDET qui constituent des documents directeurs et impactants pour l´ensemble des acteurs infrarégionaux. Cordialement

julien moreau

Il y a 7 mois

Splendide, merci. très utile pour conforter les programmes en cours d'élaboration. Par contre vous ne mentionnez pas le désintérêt des citoyens au sujet énergie (trop technique) et climatique (trop éloigné). Le succès du dernier black friday et "en meme temps" des mobilisations pour le climat est éloquent et mériterai une analyse approfondie de ces injonctions contradictoires. Encore merci. http://www.sunshare.fr

GENEVIEVE CAMINADE

Il y a 7 mois

Bonjour, Pour garantir une approche globale, il faut veiller aussi à associer plus systématiquement une réflexion sur la mobilité, y compris lors de la rénovation de bâtiments ou de quartier : bornes pour la mobilité électrique, place pour garer les vélos au bas des logements, etc

Tous les commentaires sont soumis à modération avant publication.



Économie, Finances

Europe

Numérique

Politique Société

Territoires

« Dossier : Tirer pleinement les leçons de la crise sanitaire »

LIRE LA NOTE

Notes ouvertes au débat collaboratif - Publié le 18 juin 2020

Synthèse

Depuis le début du confinement découlant de la crise sanitaire il y a trois mois, les analyses et les propositions se sont multipliées sur « le monde d’après ».
Les instances de La Fabrique Ecologique ont pour leur part préféré prendre le temps avant de tirer les leçons de la crise. D’abord compte tenu des incertitudes sur les caractéristiques sanitaires et son évolution. Mais surtout pour disposer d’un recul suffisant pour analyser avec rigueur ses impacts et conséquences. Bien comprendre est indispensable pour ensuite élaborer des propositions structurantes et adaptées à la nouvelle période, et pas seulement recycler des raisonnements du passé.

Économie, Finances

Politique Société

Rapport « Publicité et transition écologique »

LIRE

Article publié - Publié le 16 juin 2020

Synthèse

Les leviers de la transition écologique utilisés en France et dans le monde relèvent de l’innovation technique pour développer des technologies propres, économique pour mettre en place un nouveau modèle moins linéaire, et financier pour promouvoir des investissements responsables. Pour accompagner ces évolutions, d’importantes campagnes de sensibilisation ont été menées. Les résultats obtenus, bien que loin d’être négligeables, ne se révèlent pas à la hauteur des nouveaux impératifs, notamment pour la lutte contre le dérèglement climatique. Le chantier, moins aisément discernable, plus subjectif, de nos perceptions et notre imaginaire mérite d’être lui aussi ouvert. L’abondance des messages publicitaires que chacun reçoit quotidiennement ne vient-elle pas contrecarrer directement les efforts pour amener une réelle transition écologique ? La promotion incessante des nouveaux produits, aux impacts environnementaux parfois majeurs, ne bloque-t-elle pas les efforts pour conduire à une société plus sobre et plus neutre en carbone ?