Climat

Politique Société

Territoires

Les communes, les intercommunalités et l’action climatique : comment accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Publié le 20 novembre 2019

Accueil > Publications > Les communes, les intercommunalités et l’action climatique : comment accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Notes ouvertes au débat collaboratif

La nouvelle Note de La Fabrique Ecologique « Les communes, les intercommunalités et l’action climatique : comment accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre » issue du groupe de travail présidé par Géraud Guibert est désormais disponible en ligne.
Chacun le sait, les collectivités locales jouent un rôle majeur en matière d’émissions de gaz à effet de serre et prennent de nombreuses initiatives. Les acteurs territoriaux se mobilisent de plus en plus, en France comme dans le monde. La question est alors de savoir si ces actions sont suffisantes pour être dans la ligne des objectifs fixés par l’accord de Paris.
TÉLÉCHARGER LE PDF
Cette note est actuellement ouverte au débat collaboratif. Ceci signifie que chacun(e) peut contribuer à son amélioration en faisant des commentaires et surtout en proposant des amendements précis, soit ci-dessous ou par email à l’adresse contact@lafabriqueecologique.fr. À l’issue de cette période collaborative, le groupe de travail qui a rédigé le document initial se réunira une dernière fois pour retenir les amendements jugés pertinents. Leurs auteurs seront dans ce cas sollicités pour que leur nom figure, s’ils le souhaitent, dans la fiche de présentation de la note en tant que contributeur. La version définitive sera ensuite publiée. 
 
Signataires
  • Géraud Guibert, Président du groupe de travail
  • Antoine Deza, rapporteur
  • Julien Fosse, département Développement Durable et Numérique, France Stratégie
  • Anaïs Guerry, doctorante
  • Jean-Patrick Masson, adjoint au maire de Dijon
  • Benoit Rupied, ancien responsable investissement transition écologique à la CDC

Conformément aux règles de la Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu. Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

 
Autres membres du groupe de travail
  • Jeremy Favriot, RTE
  • Jérémie Landreau, Adjoint au maire de Pessac
  • Pierre Guelman, Directeur des affaires publiques ENEDIS
  • Yannick Régnier, responsable de projets au CLER
  • Jean Facon, Directeur adjoint FNCCR
Personnes auditionnées dans le cadre des travaux
  • Vanina Auverny-Bennetot, responsable d’investissement, Banque des territoires
  • Olivier Landel, délégué général France Urbaine
  • Jacques Rosemont, responsable transition écologique et énergétique du Comité d’orientation et du développement investissement, Caisse des dépôts
  • Nicolas Soudon, Directeur exécutif des territoires, Ademe
Grands témoins
  • Claire Roumet, directrice Energy Cities
  • Antoine Homé, Maire de Wittenheim
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, cette publication sera mise en ligne sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr) afin de recueillir l’avis et les propositions des internautes. Sa version définitive sera publiée par la suite.

1 commentaire

GENEVIEVE CAMINADE

Il y a 10 jour(s)

Bonjour, Pour garantir une approche globale, il faut veiller aussi à associer plus systématiquement une réflexion sur la mobilité, y compris lors de la rénovation de bâtiments ou de quartier : bornes pour la mobilité électrique, place pour garer les vélos au bas des logements, etc

Tous les commentaires sont soumis à modération avant publication.

Politique Société

Petits déjeuners de la Fabrique Écologique : Catherine Larrère

LIRE

Article publié - Publié le 31 octobre 2019

Synthèse

Ce mardi 22 octobre 2019, le Café Imago nous accueillait à nouveau pour une édition des petits déjeuners autour du thème « Comment réussir la transition écologique ». Notre invitée était Catherine Larrère, philosophe et professeure de philosophie émérite spécialisée dans les questions afférentes à l’écologie et à l’éthique environnementale.

 

La première partie de son intervention était portée sur la déconstruction des cadres de pensée qui régissent l’action politique et la transition écologique. En s’appuyant sur une citation de Saint-Simon, la philosophe a établi que les cadres politiques et le langage commun aux politiciens et aux scientifiques seraient propices à l’administration des choses plutôt qu’au gouvernement des Hommes. Ainsi, elle a demandé davantage de prudence lors de la reconnaissance a priori de liens de causalité entre différents phénomènes tels que la raréfaction des ressources ou la surpopulation et le réchauffement climatique. Bien que légitimes, ces réflexions effaceraient, selon la philosophe, la place écrasante des inégalités environnementales et sociales dans la réussite de la transition écologique. 

 

Retrouvez un compte-rendu détaillé de l'évènement ici:

Territoires

Réparer la ville pour une régénération des lotissements

LIRE LA NOTE

Note définitive - Publié le 23 septembre 2019

Synthèse

67.000 hectares par an : c’est la surface moyenne artificialisée chaque année en France. Ce mouvement s’accélère depuis le début des années 1990 et ses conséquences dramatiques sont de mieux en mieux documentées : perte des terres agricoles, diminution des ressources en eau  potable, contribution aux phénomènes d’inondation, appauvrissement de la biodiversité, allongement des distances domicile-travail générant une hausse des émissions de CO2, hausse des dépenses d’équipements et de services publics, etc.