Accueil > Les groupes de travail

Trier par :

Tous

Pour participer à un groupe de travail

Pour participer à un groupe de travail, envoyez un email accompagné de votre CV à lafabrique.ecologique@gmail.com

Lancement

décembre

2019

Climat

Territoires

De la recherche à l’action politique : la science au service du développement durable des territoires

Intervenants

Lucile Schmid

Co-Présidente

Denis Couvet

Co-Président

« Vous avez le devoir d’écouter les scientifiques, et c’est tout ce que nous vous demandons. Unissez-vous derrière les scientifiques. » : Voici la conclusion de Greta Thunberg lors de son discours à l’Assemblée Nationale le 23 juillet 2019.
Alors que les pétitions et les tribunes rédigées par des scientifiques se multiplient pour alerter sur la nécessité d’agir face au dérèglement climatique, la question de la place du monde de la recherche et de son implication auprès des décideurs politiques se pose.  Dans cette démarche, se développe le domaine de recherche de la « Sustainability Science », qui mêle aussi bien les sciences dures que les sciences humaines et sociales autour de la question du développement durable. L’apport pour l’action politique de cette littérature scientifique est indéniable et questionne les rapports entretenus entre le monde de la recherche et des institutions politiques. 
Ce groupe de travail entend de fait analyser les interactions entre les acteurs académiques et les acteurs politiques au sein de leurs structures ce afin de mieux comprendre les freins et les moteurs de la collaboration entre ces différents types d’acteurs. En tenant compte de la pluralité et de la diversité de la littérature scientifique existante, cette réflexion vise à mesurer l’impact de ces recherches sur la décision politique.  
L’objectif de ce groupe de travail sera enfin d’identifier les bonnes pratiques et les principaux écueils afin de formuler des recommandations concrètes pour que les travaux de recherche scientifique soient à la fois plus utiles et mieux exploités par les décideurs politiques. 

Lancement

septembre

2020

Biodiversité

Territoires

Lutter contre l’artificialisation des sols et la disparition de la biodiversité

Intervenants

Julien Fosse

Président

L’artificialisation des sols en France est un phénomène récent qui ne cesse d’avoir des impacts négatifs sur la biodiversité. Entre 2006 et 2015, la surface artificialisée en France est passée de 8.3% à 9.4% et continue d’augmenter. Pour faire face à ce phénomène, la France s’est fixé dans son Plan biodiversité de 2018 un objectif de « zéro artificialisation nette » (ZAN) et a mis en place un groupe interministériel l’année suivante. Malgré ces initiatives, il n’en reste pas moins de nombreux points d’achoppements et l’absence de contrainte temporelle pèse sur l’avancement du dossier. Après avoir constaté l’échec de l’outil fiscal et la rigidité des maires à réduire les zones urbanisables sur leur commune, les mesures opérationnelles doivent se réinventer.
Plusieurs questions doivent être soulevées : Comment densifier les villes en préservant la qualité de vie des habitants ? Comment encourager l’écoconstruction et la rénovation ? De quels outils disposent l’Etat pour limiter l’artificialisation ? Existe-t-il des formes d’artificialisation plus respectueuses de la biodiversité ? Comment protéger les espaces soumis à la pression de l’étalement urbain ? Comment est-il possible de mettre en place des campagnes de dépollution et de renaturation des espaces artificialisés ? Comment concilier intérêt économique et préservation des espaces naturels ? Ce groupe de travail est l’occasion d’approfondir le thème de l’artificialisation et d’y adosser des solutions concrètes.

Lancement

juillet

2020

Climat

Énergie

Territoires

Économie circulaire

Quel cadre pour des circuits courts de l’énergie et de nouvelles solidarités énergétiques locales ?

Intervenants

Sébastien Delpont

Co-Président

Justine Bain Thouverez

Co-Président

Dans le contexte d’une crise de l’exploitation des ressources naturelles, un nouveau système énergétique plus efficace doit être pensé. Le groupe de travail souhaite promouvoir le déploiement d’un système de production-distribution de l’énergie répondant à des logiques de circuit court et d’économie circulaire. En opposition avec la politique énergétique nationale habituelle de centralisation, les auteurs veulent mettre en exergue les bénéfices socio-économiques qu’aurait une mise en place d’une politique énergétique locale. Ces réflexions nous amènent alors à aborder plusieurs aspects des politiques publiques :
Quelle gouvernance pour les territoires en France ? Quel cadre juridique et fiscal doit être mis en place pour assurer le respect des normes environnementales sans contraindre les élus locaux ? Comment apporter un soutien financier aux projets de transition écologique locale ? Comment penser un modèle énergétique local plus solidaire et plus juste ? Comment réguler les rapports entre les producteurs locaux et les opérateurs des réseaux énergétiques nationaux ?
Cette initiative est l’opportunité d’accorder un second souffle au système énergétique français et d’accompagner les acteurs locaux autant que nationaux dans leur processus de transition par des propositions concrètes et originales.

Lancement

septembre

2020

Climat

Politique Société

La Convention Citoyenne pour le Climat

Intervenants

Géraud Guibert

Animateur du groupe de travail

Depuis septembre 2020, La Fabrique Ecologique accueille un groupe de travail sur la Convention Citoyenne pour le Climat. Cette initiative politique datant d’octobre 2019 a réuni 150 citoyen(ne)s tiré(e)s au sort pour produire un certain nombre de propositions permettant d’accélérer la lutte contre le changement climatique, avec pour objectif une réduction d’au moins 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.
Le caractère inédit de cette expérience démocratique a motivé la mise en place de ce groupe de travail qui se propose d’analyser l’intérêt, l’apport et l’efficacité de la démarche en mettant au cœur du sujet la question de la légitimité de l’expérience, afin d’imaginer des propositions qui pourraient à la fois l’améliorer et la généraliser.

Lancement

décembre

2020

Agriculture

Climat

Agriculture urbaine

Intervenants

Eric Doidy

Président

Depuis les années 70 se sont développées des formes dagriculture urbaine qui ont redynamisé lintérêt des citadins et des urbanistes pour les espaces cultivés, les jardins partagés et la végétalisation despaces urbains. Lagriculture urbaine et péri-urbaine nest pas seulement une activité professionnelle mais aussi une façon dhabiter la ville. Dans une région très fortement marquée par des densités dhabitants trèélevées et de grandes inégalités territoriales, les initiatives agroécologiques peuvent être considérées comme particulièrement vertueuses en matière de lien social.
L’objectif de ce groupe de travail, présidé par Éric Doidy, sociologue à lINRAE, sera de dresser un diagnostic sur la place du lien social dans l’agriculture urbaine et d’identifier les besoins des différentes structures de lAgriculture urbaine.  

Lancement

mai

2021

Énergie

Enjeux économiques et sociétaux autour du déploiement de l'hydrogène

Intervenants

Paul Lucchese

Président

Depuis 3 ans environ, on assiste à un certain consensus au niveau mondial sur le fait que l’hydrogène sera un des éléments clés de la transition énergétique, à côté des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, de la capture et stockage du CO2 ou du nucléaire. La crise issue du Covid a eu pour effet d’accélérer l’annonce de plans nationaux ambitieux, dans plusieurs pays d’Europe et d’Asie notamment dotés de plusieurs dizaines de milliards €. Si l’hydrogène doit jouer un rôle significatif dans une économie décarbonée, estimée selon différent scénarios entre 10 et 20 % de la consommation finale, les plans annoncés se concentrent sur l’introduction sur le marché et le déploiement sur la prochaine décennie. 
Cette visibilité accrue a fait émerger également des critiques qui pré-existaient, et qui, parfois, mettent en évidence des angles morts de ces stratégies ou des parties non-pensées. D’autres critiques révèlent des problèmes beaucoup génériques de la transition énergétique et qui pourraient et devraient s’appliquer à d’autres secteurs de la transition. Ce Groupe de Travail se base sur quelques-unes de ces critiques pour en tirer des grandes familles de sujet de réflexions.