Climat

Mobilité

Santé environnementale

Territoires

Quelles mesures pour mieux respirer ? La lutte contre la pollution atmosphérique dans les agglomérations

Publié le 10 décembre 2015

Accueil > Publications > Quelles mesures pour mieux respirer ? La lutte contre la pollution atmosphérique dans les agglomérations

Note définitive - N°12

Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre octobre 2014 et juin 2015.
TÉLÉCHARGER LA NOTE Download an english version

Signataires

• Isabella Annesi-Maesano, INSERM, Épidémiologiste et directrice de recherche
• Pierre-Emmanuel Burg, Airparif, Ingénieur communication
• Carole Hirigoyen, Mairie de Montrouge, Maire-Adjointe en charge du développement durable
• Stéphane Illouz, Reed Smith, Avocat-associé, Président du groupe de travail
• Agnès Legrand-Tiger, Air-Be, Directrice générale
• Hervé Levifve, Mairie de Paris, Conseiller technique
• Martine Meyer, Renault, Responsable environnement santé
• Agathe Pierrot, Bouygues Énergie et Services, Chef de projet partenariat public/privé, co-rapporteur de la note
• Kevin Poujol, Reed Smith, Elève-avocat, co-rapporteur de la note
• Thomas Similowski, AP-HP, Hôpital de la Pitié-Salpétrière, Professeur de médecine et chef de service de pneumologie
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu. Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association

 

Autres membres du groupe de travail

• Pierre-Emmanuel Burg, Airparif, Ingénieur communication
• Karine Léger, Airparif, Directrice de la communication
 
Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux
• Sandrine Cabrit-Leclerc, Ingénieur écologue
• Eric Calle, JC Decaux, Directeur Recherche & Développement
• Thierry Courrault, JC Decaux, Directeur Régional Ile-de-France
• Grégoire Gauthier, Mairie de Neuilly, direction environnement
• Jérôme Giacomoni, Aerophile, Président
• Jérôme Hirigoyen, TDF, Responsable Service Développement et radios internationales
• Emmanuelle Le Lay, INPES, Responsable communication interne et institutionnelle
• Sophie Mazoue, RATP, Responsable de la qualité de l’air
• Emily Megged, Professeur de yoga Iyengar
• Benoit Paquin, JC Decaux, Directeur Grands Comptes
• Sidonie Thomas, Préfecture de police de Paris, Chef de cabinet et conseiller communication

Relecture

Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Guillaume Duval, Géraud Guibert, Marc-Olivier Padis, Guillaume Sainteny et Lucile Schmid.
 
Les personnalités suivantes ont été sollicitées pour relecture et éventuelles suggestions :
• Jocelyne Just, Chef de service du Centre de l’Asthme et des Allergies de l’hôpital Armand Trousseau, Paris
• Frederique Zegel, Administrateur, Direction de l’environnement
 
Sa publication a enfin été validée par le Conseil d’administration de La Fabrique Ecologique du 24 juin 2015.
 

Remerciements de Maître Stéphane Illouz, président du Groupe de travail

Le Président du groupe de travail, Maître Stéphane Illouz, avocat-associé du cabinet d’avocats Reed Smith LLP, tient à remercier chaleureusement l’ensemble des membres du groupe pour leur travail d’excellence et leur disponibilité tout au long des neufs mois de travaux qui ont précédé la publication de cette note.
A cet égard, pour leur contribution à la rédaction de la note et leur implication, le Président du groupe de travail tient à remercier, nommément, Mesdames Isabella Annesi-Maesano, Carole Hirigoyen, Karine Léger, Agnès Legrand-Tiger, Maud Mathiot, Martine Meyer, Radia Ouarti et Messieurs Pierre-Emmanuel Burg, Hervé Levifve et Thomas Similowski ainsi que les rapporteurs de cette note, Mademoiselle Agathe Pierrot et Monsieur Kevin Poujol.
Un remerciement tout particulier est également apporté à l’ensemble des personnes auditionnées pour leurs expertises et conseils avisés.
Le groupe de travail souhaite, enfin, chaleureusement remercier l’ensemble des membres et personnels de la Fabrique Écologique aux chefs desquels son Président, Monsieur Géraud Guibert, et Mesdames Jenny Joussemet, Marianne Greenwood et Agathe Brenguier.
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, la note a été ouverte jusqu’à la fin du mois de septembre 2015 sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr).
La Fabrique Ecologique tient à remercier l’ensemble des contributeurs pour leurs remarques et commentaires avisés qui ont permis d’améliorer cette publication.

Consommation

Énergie

Mobilité

Les Controverses Écologiques: Comment faciliter le développement d’initiatives énergétiques sur les territoires?

LIRE

Article publié - Publié le 18 novembre 2019

Synthèse

Ce 14 novembre, la Fabrique Ecologique en partenariat avec la Sorbonne Développement Durable proposait sa quatrième édition de Controverses Ecologiques autour de la question : « Comment faciliter le développement d’initiatives énergétiques sur les territoires ? ». Animé par Géraud Guibert, président de la Fabrique Ecologique, quatre personnalités étaient présentes: Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l’Isère, Fanélie Carrey-Conte, Secrétaire Générale et directrice coopération à Enercoop, Michel Derdevet, Maître de Conférences à Sciences Po et Professeur au Collège d’Europe de Bruges et Marie Dégremont, chercheure au Centre de Sociologie des Organisations de Sciences Po Paris.

 

Dans une première partie de la Controverse, les intervenants ont relevé la multiplication des initiatives énergétiques locales ces dernières années. Pour Marie Dégremont, la volonté citoyenne de s’approprier les ressorts de la transition énergétique est devenue récurrente et cela nécessite de moins aborder la question sous un angle techniciste. Dans la même logique, Fanélie Carrey-Conte a relaté une partie de son expérience à Enercoop, qui développe des initiatives locales auprès des citoyens, et exprimé le caractère profondément démocratique de ce type de projets. Pour autant, Marjolaine Meynier-Millefert a souhaité questionner la place que doit avoir le citoyen dans un débat aussi technique et dont la responsabilité relève historiquement, notamment pour des questions de sécurité d’approvisionnement et de justice dans la distribution, de l’Etat.

Retrouvez un compte-rendu détaillé de l'évènement ici:

Territoires

Réparer la ville pour une régénération des lotissements

LIRE LA NOTE

Note définitive - Publié le 23 septembre 2019

Synthèse

67.000 hectares par an : c’est la surface moyenne artificialisée chaque année en France. Ce mouvement s’accélère depuis le début des années 1990 et ses conséquences dramatiques sont de mieux en mieux documentées : perte des terres agricoles, diminution des ressources en eau  potable, contribution aux phénomènes d’inondation, appauvrissement de la biodiversité, allongement des distances domicile-travail générant une hausse des émissions de CO2, hausse des dépenses d’équipements et de services publics, etc.