Politique Société

Quelles leçons de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

Publié le 4 février 2021

Accueil > Publications > Quelles leçons de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

Notes ouvertes au débat collaboratif - N°42

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) est d’actualité : le projet de loi de mise en œuvre de certaines de ses propositions va être finalisé et débattu au Parlement, les 150 citoyens vont se réunir pour faire un bilan de leurs travaux, les initiatives de Conventions de citoyens tirés au sort se multiplient sur le plan local ou national (ex : sur la stratégie vaccinale).
L’initiative de la CCC s’inscrit dans une vague de « démocratie délibérative » dans les pays de l’OCDE. Face à la crise de la démocratie représentative, il s’agit de confier à un groupe de citoyens tirés au sort le soin de faire des propositions de politiques publiques. Elle porte sur un sujet, la lutte contre le changement climatique, dont une des dispositions, la hausse de la taxe carbone, est à l’origine du mouvement des Gilets jaunes. S’il est encore prématuré d’en mesurer précisément l’impact sur l’action climatique, il est possible de faire, avec le recul nécessaire, un premier bilan de ce processus, ses atouts et ses insuffisances et d’en tirer des leçons pour l’avenir. C’est l’objet de la présente étude de La Fabrique Ecologique, think tank qui a mis en place dès sa création il y a 8 ans un dispositif de co-construction citoyenne de ses notes.
TÉLÉCHARGER LE PDF
Cette note est actuellement ouverte à la co-construction citoyenne. Ceci signifie que chacun(e) peut contribuer à son amélioration en faisant des commentaires et surtout en proposant des amendements précis, soit ci-dessous ou par email à l’adresse contact@lafabriqueecologique.fr. À l’issue de cette période collaborative, le groupe de travail qui a rédigé le document initial se réunira une dernière fois pour retenir les amendements jugés pertinents. Leurs auteurs seront dans ce cas sollicités pour que leur nom figure, s’ils le souhaitent, dans la fiche de présentation de la note en tant que contributeur. La version définitive sera ensuite publiée. 
 
Signataires de la Note
  • Géraud Guibert – Président du Groupe de travail, Président de la Fabrique Ecologique (LFE)
  • Damien Borot – Cadre d’ entreprise, T résorier LFE
  • Maïlys Mantel – Chargée de mission LFE, rapporteure
  • Denis Pingaud – Président de la société Balises, Vice-président LFE
  • Lucile Schmid – Ancienne présidente de la Green European Fondation, Vice-présidente LFE
  • Gaël Virlouvet – Consultant-formateur chez Tehop
Autres membres du groupe de travail
  • Jens Althoff – Directeur du bureau de Paris de la Fondation Heinrich Böll
  • Sandrine Brochon – Directrice Analyses Stratégiques Banque-Assurance
  • Christelle Cuzou – Responsable mécénat think tanks à l’Institut pour la recherche – Caisse des dépôts
  • Valérie Gramond – Fondatrice de Greenlobby
  • Louis Henry – Responsable ville durable et transition énergétique, Institut pour la recherche –
    Caisse des dépôts
  • Anne Lafferrerie – Chargée de Développement GRDF
  • Margot Mabille – Analyste financier LI T A. c

0 commentaire

Écrire un commentaire

Tous les commentaires sont soumis à modération avant publications.



Climat

International

Politique Société

Qui est responsable pour la gestion des réfugiés climatiques ?

LIRE

Article de l’Oeil - N°46 - Publié le 6 février 2023

Synthèse

“Who takes responsibility for the climate refugees?” est un article publié en 2017 dans la revue International Journal of Climate Change Strategies and Management et écrit par Bayes Ahmed. L’article propose des solutions et méthodes pour la gestion des réfugiés climatiques en s’appuyant sur une étude de cas concrète : le Bengladesh.

Climat

Consommation

Économie, Finances

Politique Société

Fin du monde et fin du mois : même combat ?

LIRE

Décryptage - N°44 - Publié le 30 janvier 2023

Synthèse

Le décryptage de Margot Cazin revient sur les différents types d'inégalités environnementales et dresse un état des lieux de la situation et du débat. Elle examine les rapprochements entre les mouvements pour l'action écologique et ceux en faveur de la justice sociale, en remettant en question le principe de responsabilité individuelle pour envisager l'action de l'État et des entreprises.