Climat

Énergie

Territoires

Le défi de la rénovation énergétique des logements. Comment amplifier le passage à l’acte des ménages

Publié le 10 septembre 2014

Accueil > Publications > Le défi de la rénovation énergétique des logements. Comment amplifier le passage à l’acte des ménages

Note définitive - N°2

Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre juillet et novembre 2013. Les membres du groupe de travail le sont à titre personnel, les positions présentées n’engagent pas les structures qui les emploient.
TÉLÉCHARGER LA NOTE Download PDF an english version

Signataires

• Sébastien Delpont, Directeur Associé de BeCitizen du Groupe Greenflex, président du groupe de travail
• Nicolas D’Arco, Ingénieur des Mines, co-rapporteur du groupe de travail
• Pierre Matthieu Bourlier, Responsable développement, Baoène
• Jean-René Brunetière, Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, Chargé de programme, Chaire économie du climat de l’Université Paris Dauphine
• Rodolphe Deborre, Directeur Développement Durable – Rabot Dutilleul
• Olivier Fourcadet, Professeur au Département Management dans la Chaire Européenne Filière d’excellence alimentaire, Essec
• Jérôme Gautier, Responsable Marchés, Prix, Volumes, Direction Produits, Peugeot
• Stéphane Illouz, Avocat associé, ReedSmith
• Nadia Chatraoui, Avocat, ReedSmith
• Thomas Matagne, Chargé de mission, Plan Bâtiment Durable
• Nicolas Petit, ex-DG de Batirenov, Bouygues Construction, DG de Chanel, entreprise de traitement de façades & Associé Fondateur d’Operene, Opérateur global de rénovation énergétique
• Damien Sterbecq, DG Customer Experience, CBA Design
• Benjamin Thibault, Secrétaire général, La Fabrique Ecologique
• Henri Trintignac, Président, A&H Conseil et ex-VP branche Véhicules Electriques et Hybrides, Valeo
• Frédéric Utzmann, PDG, Certinergy
• Guillaume Ader, Responsable du pôle public, Certinergy
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu. Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

 

Autres membres du groupe de travail

• Clémence Guimont, Etudiante à Science-Po Lille, co-rapporteur du groupe de travail
• Nicolas Chung, Chef de projet investissement, CDC Climat
• Emmanuel Mermet, Secrétaire confédéral et assistant politique, CFDT
• Yamina Saheb, Scientific and Policy Officer, JRC Commission Européenne et ex-IEA

 

Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux

• Frederique Barthelemy et Louis Duperry, Direct Energie
• Jean François Battoue, GDF Suez
• Antonin Briard, Gimelec
• Raphael Claustre, CLER
• Meike Fink, RAC
• Mathieu Garcia, Emenda
• Anne Ged et Quentin Perroit, Agence Parisienne du Climat
• Stephane Hautsch, Parexlanko
• Loic Heuze, Deltadore
• Nicolas Mouchnino, UFC Que Choisir
• André Pouget, Pouget Consultants
• Rouzbeh Rezakhanlou, EDF
• Nathalie Roturier, Région Nord Pas de Calais
• Hugues Sartre, Geo PLC
• Dominique Sinnaeve, Schneider Electric
• Antoine Thuillier, Syrthea / TBC Innovation

 

Relecture

Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Guillaume Duval, Géraud Guibert, Marc-Olivier Padis, Guillaume Sainteny et Lucile Schmid.
Les personnalités suivantes ont été sollicitées pour relecture et éventuelles suggestions :
• Alain Bazot, Président de l’UFC-Que Choisir
• Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris
• Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Durable, Avocat (Lefèvre Pelletier & associés)
Elle a enfin été validée par le Conseil d’administration de La Fabrique Ecologique du 14 janvier 2014.
Le groupe de travail, par la voix de son Président, Sébastien Delpont, tient à remercier : Pierre André, Florence Bardin, Manon Belin, Géraud Guibert, Jenny Joussemet, Marie-Caroline Lopez, Maximilien Rouer, Hugo Vigneron, Camille Duday.
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, la note a été ouverte aux commentaires jusqu’à la fin du mois d’avril 2014 sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr). Parmi la trentaine d’amendements et de contributions reçues, des suggestions des personnes suivantes ont été retenues : Mme Danièle Favari, M. Gilles Garby, M. Hugues Sartre (GEO PLC), M. Jacques Schmitt (Délégué de l’association Cap Consommateurs Habitants), M. François Sivardière, Mme Claire Tutenuit.
La version définitive, présentée ci-dessous, prend en compte en outre les remarques formulées lors de l’atelier co-écologique organisé le 10 février 2014 à l’Assemblée Nationale.
La Fabrique Ecologique tient à remercier l’ensemble des contributeurs pour leurs remarques et commentaires avisés qui ont permis d’améliorer cette publication.
PREAMBULE : PERIMETRE DES TRAVAUX
L’absence d’une demande de rénovation contribue particulièrement à limiter le déploiement d’un grand plan de rénovation énergétique des logements en France. L’existence d’offres techniques fiables de la part des professionnels et de dispositifs adaptés de financement est nécessaire, leur absence serait un frein, mais ils ne suffisent pas en eux-mêmes à susciter le passage à l’acte des ménages à hauteur de ce qui serait nécessaire. Le périmètre de cette note est de proposer des solutions permettant d’amplifier le passage à l’acte des ménages pour des rénovations visant à réduire la consommation de chauffage des logements.

Consommation

Énergie

Mobilité

Les Controverses Écologiques: Comment faciliter le développement d’initiatives énergétiques sur les territoires?

LIRE

Article publié - Publié le 18 novembre 2019

Synthèse

Ce 14 novembre, la Fabrique Ecologique en partenariat avec la Sorbonne Développement Durable proposait sa quatrième édition de Controverses Ecologiques autour de la question : « Comment faciliter le développement d’initiatives énergétiques sur les territoires ? ». Animé par Géraud Guibert, président de la Fabrique Ecologique, quatre personnalités étaient présentes: Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l’Isère, Fanélie Carrey-Conte, Secrétaire Générale et directrice coopération à Enercoop, Michel Derdevet, Maître de Conférences à Sciences Po et Professeur au Collège d’Europe de Bruges et Marie Dégremont, chercheure au Centre de Sociologie des Organisations de Sciences Po Paris.
 
Dans une première partie de la Controverse, les intervenants ont relevé la multiplication des initiatives énergétiques locales ces dernières années. Pour Marie Dégremont, la volonté citoyenne de s’approprier les ressorts de la transition énergétique est devenue récurrente et cela nécessite de moins aborder la question sous un angle techniciste. Dans la même logique, Fanélie Carrey-Conte a relaté une partie de son expérience à Enercoop, qui développe des initiatives locales auprès des citoyens, et exprimé le caractère profondément démocratique de ce type de projets. Pour autant, Marjolaine Meynier-Millefert a souhaité questionner la place que doit avoir le citoyen dans un débat aussi technique et dont la responsabilité relève historiquement, notamment pour des questions de sécurité d’approvisionnement et de justice dans la distribution, de l’Etat.

Retrouvez un compte-rendu détaillé de l'évènement ici:

Territoires

Réparer la ville pour une régénération des lotissements

LIRE LA NOTE

Note définitive - Publié le 23 septembre 2019

Synthèse

67.000 hectares par an : c’est la surface moyenne artificialisée chaque année en France. Ce mouvement s’accélère depuis le début des années 1990 et ses conséquences dramatiques sont de mieux en mieux documentées : perte des terres agricoles, diminution des ressources en eau  potable, contribution aux phénomènes d’inondation, appauvrissement de la biodiversité, allongement des distances domicile-travail générant une hausse des émissions de CO2, hausse des dépenses d’équipements et de services publics, etc.