Agriculture

Biodiversité

Climat

Eau

Énergie

Mobilité

La Fabrique Écologique recrute un·e chargé·e d’études

Publié le 4 juin 2024

Accueil > Publications > La Fabrique Écologique recrute un·e chargé·e d’études

Notes ouvertes au débat collaboratif

Recrutement

La Fabrique Écologique recrute un·e chargé·e d’études pour le mois de septembre 2024.

1 – Réalisation d’une Etude

Les Etudes de La Fabrique Ecologique

Une Etude de La Fabrique Ecologique est une analyse approfondie d’un sujet complexe sous un angle original. Les Etudes sont réalisées par un·e salarié·e de La Fabrique Ecologique sur une période de 6 à 18 mois. Elles sont ensuite présentées au grand public, aux médias et à différents acteurs (politiques, économiques, associatifs, etc.). Nos Etudes connaissent généralement un retentissement médiatique important, avec des articles dans des grands médias (Le Monde, Libération, etc.) et dans la presse spécialisée (Reporterre, La gazette des communes, etc.).
Parmi nos études récentes, on peut citer :
– « L’adaptation au changement climatique sur le littoral »
– « Le véhicule autonome : quel rôle dans la transition écologique des mobilités ? »
– « Publicité, communication et transition écologique : comment agir sur le plan territorial ? »
– « Que peut-on attendre du covoiturage du quotidien pour la transition écologique »
– « La grande redistribution ? Écologie et démocratie au sein des supermarchés coopératifs »

La personne recrutée aura la charge de réaliser l’une des prochaines études de La Fabrique Ecologique. Celle-ci portera sur le lien entre la résilience des territoires et la dépendance au transport maritime, en particulier courte distance.
A la suite de cette étude, et selon les opportunités, la personne recrutée pourra être amenée à réaliser d’autres études. Celles-ci pourront porter sur les enjeux de mobilité, mais également sur les questions de biodiversité, d’agriculture, d’énergie, ou tout autre problématique en lien avec la transition écologique.

Contexte de la prochaine étude

De nombreux territoires français, insulaires ou continentaux, sont aujourd’hui fortement dépendants de liaisons maritimes avec la France hexagonale qui devront profondément évoluer dans le cadre de la transition écologique. Ces dépendances concernent à la fois le transport de personnes et celui de marchandises, et sont multiples : transports de denrées alimentaires, de produits manufacturés ou de combustibles pour les territoires d’Outre-mer, transports de résidents ou de travailleurs entre la France hexagonale et la Corse, déplacements familiaux et transports de marchandises entre la France et le Maghreb, déplacements touristiques entre les îles bretonnes et le continent, etc. Les dépendances de ces territoires au transport maritime sont matérielles (nourriture, énergie, etc.) et économiques (place du tourisme dans leur économie). Malgré la forte dépendance de ces territoires au transport maritime carboné, aucune étude n’aborde directement la question de la résilience de cette diversité d’espaces.

Dans un premier temps, l’étude s’attachera à identifier et caractériser les flux et les dépendances entre ces territoires. Le périmètre géographique inclura deux types de territoires :

  • des territoires insulaires fortement connectés à la France métropolitaine (par exemple : Corse, îles Atlantiques, Outre-mer, etc.) et qui présentent des relations commerciales étroites avec la France hexagonale et des besoins de transports spécifiques liés à leur insularité
  • des espaces continentaux qui échangent spécifiquement avec la France à l’aide du transport maritime (par exemple : Italie, Espagne, Afrique du Nord, etc.) sur de courtes distances

Dans un second temps, l’étude analysera les solutions permettant de renforcer la résilience de ces territoires, depuis les solutions techniques (motorisation électrique ou hydrogène, propulsion vélique, réduction des vitesses de déplacement, réduction du nombre et du poids des véhicules particuliers transportés, etc.) jusqu’aux changements d’organisation économique et sociale (réduction de la dépendance alimentaire, de la place du tourisme dans les économies insulaires, etc.), en passant par la mise en cohérence des modes de transports. La combinaison de ces différentes solutions semble a priori indispensable. En effet, étant donné le volume actuel des échanges, les seules solutions techniques semblent insuffisantes. Néanmoins, miser sur l’autonomie absolue de ces territoires est illusoire. Décarboner le transport maritime reste donc indispensable, d’autant plus que d’autres modes de transport doivent également fortement évoluer, comme le transport aérien de passagers ou le transport routier de marchandises. Ainsi, l’étude analysera également la pertinence d’un report modal vers le transport maritime pour les territoires susmentionnés.

Méthodologie

Pour cela, l’étude s’appuiera sur une analyse bibliographique conséquente (littérature académique et grise, en français et en anglais), une analyse quantitative (exploitation des données disponibles sur le sujet de l’étude) et sur des analyses de terrain s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec une diversité d’acteurs concernés par le sujet de l’étude (scientifiques, élu·es ou technicien·nes des collectivités, services de l’Etat, salarié·es ou dirigeant·es d’entreprises, membres d’associations, etc.).
Afin de mener à bien cette mission, la personne en charge de l’étude sera notamment encadrée par des responsables et des expert·es de La Fabrique Ecologique ayant une bonne connaissance du sujet. La bonne réalisation de l’étude s’appuie sur des comités de pilotage et sur la rédaction de livrables intermédiaires.
Cette étude devra se conclure par un rapport précis et rigoureux d’une centaine de pages environ.

 

2 – Participation au projet global de l’association

La personne sera également chargée d’appuyer la directrice sur un certain nombre de tâches administratives et de gestion courante afin de participer au fonctionnement global de l’association. Le ou la salarié·e participera notamment :

  • au développement de l’activité de la structure et la recherche de nouvelles opportunités d’études
  • à l’organisation des évènements de La Fabrique Ecologique
  • aux évènements organisés par d’autres structures en lien avec les thématiques des travaux de La Fabrique Ecologique

Profil

  • Niveau Bac + 5 dans un cursus en lien avec les enjeux écologiques, 1 à 2 ans d’expérience minimum, avec un fort intérêt pour les questions écologiques.
  • Polyvalence, capacité à appréhender rapidement des enjeux sectoriels (transports, agriculture, énergie, etc.) sous différents angles (technique, économique, social, etc.).
  • Esprit de synthèse, qualités rédactionnelles et relationnelles, capacité à mener des entretiens avec des acteurs expérimentés, gestion des priorités, sens de l’organisation, rigueur, et capacité d’autonomie.
  • Des compétences techniques (captation vidéo et sonore, montage vidéo et sonore) sont un plus.
  • Bonne maîtrise de Word, Excel et Power Point, connaissance des réseaux sociaux
  • Adhésion aux objectifs, aux valeurs et à la Charte Ethique de La Fabrique Ecologique.

Lieu de travail :

Paris dans nos bureaux (Paris 10e, métro Gare de l’Est) avec un ou deux jours de télétravail par semaine selon le contexte.

Rémunération :

A discuter en fonction du profil du ou de la candidat·e
Mutuelle et remboursement 50% pass Navigo ou Forfait Mobilité Durable

Candidature :

Documents à envoyer : CV + Lettre de motivation à contact@lafabriqueecologique.fr
Date limite de candidature : 20 Juin 2024 (inclus)
Poste à pourvoir début septembre 2024. CDD de 8 mois avec possible évolution en CDI.

Retrouvez la fiche de poste ici.

0 commentaire

Écrire un commentaire

Tous les commentaires sont soumis à modération avant publications.



Climat

Énergie

International

Politique Société

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur. Quelles équivalences entre CO2 et méthane ?

LIRE

Décryptage - N°48 - Publié le 20 juin 2024

Synthèse

Le pouvoir de réchauffement global (PRG) permet de calculer un équivalent-CO2 à tous les gaz à effet de serre et est utilisé dans tous les accords internationaux. Toutefois il ne prend pas en compte les différents cycles de vie entre les gaz dans l’atmosphère. Le méthane, puissant gaz à effet de serre, a par exemple une durée de vie plus courte que le CO2. D'autres métriques, proposées pour mieux tenir compte de cette caractéristique, font l'objet de débats. Ce décryptage fait le point sur cette question, afin de mesurer au mieux la contribution du méthane (et des différents GES) au réchauffement climatique. 

Biodiversité

Climat

Politique Société

Communiqué de La Fabrique Ecologique dans le cadre des élections législatives 2024

LIRE LA NOTE

Notes ouvertes au débat collaboratif - Publié le 17 juin 2024

Synthèse

Communiqué