Agriculture

Biodiversité

Climat

Économie circulaire

Énergie

Europe

Dossier n°4 : « L’action écologique des régions »

Publié le 31 mai 2021

Accueil > Publications > Dossier n°4 : « L’action écologique des régions »

Article publié

À l’occasion des futures élections régionales, La Fabrique Écologique publie son dossier « L’action écologique des régions. Les enjeux et les bonnes pratiques – Neuf propositions structurantes, concrètes et innovantes ». Un Atelier Co-Écologique a également été organisé le 26 mai 2021 avec nos deux grands témoins, Chantal Jouanno et Michel Badré, qui ont été invités à débattre sur les différents thèmes du dossier. 
Télécharger le PDF
Alors que les élections régionales se dérouleront très prochainement, il est important de rappeler que les compétences des régions en matière écologique sont très importantes, en particulier en termes de transport, de formation et d’apprentissage, d’aménagement du territoire et de développement économique. Elles doivent donc jouer un rôle clé dans la transition écologique.
Le présent dossier vise à informer les électrices et les électeurs, nourrir leur réflexion, alimenter les débats et permettre ainsi que ce sujet si essentiel soit au cœur des prochaines campagnes électorales. Pour cela, il analyse les bonnes pratiques déjà suivies par les différentes régions dans ce domaine et met l’accent sur quelques propositions structurantes, innovantes et concrètes.
Pour être mises en œuvre dans de bonnes conditions, les actions écologiques devront enfin prendre impérativement en compte leurs impacts sur les plus défavorisés. Une bonne façon d’y parvenir est de privilégier la co-construction citoyenne, avec des modalités adaptées.
 
Le 26 mai 2021, La Fabrique Écologique a organisé un Atelier Co-Écologique autour de ce dossier. Nos deux grands témoins étaient Chantal Jouanno, Présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) et ancienne secrétaire d’État chargée de l’écologique, et Michel Bardé, ancien Vice-président du Conseil Économique, Social et Environnemental. Le débat était animé par Géraud Guibert, Président de La Fabrique Écologique. Tout d’abord, les discussions ont porté sur le climat, l’énergie et l’aménagement du territoire (1), avant d’aborder les questions d’agriculture, de biodiversité et de formation (2), et enfin de conclure sur les enjeux de mobilité (3).
 

Retrouvez le compte rendu détaillé, la vidéo et le podcast de l’évènement ici.

 
Ce dossier comporte une quinzaine de propositions concrètes et structurantes dont le détail figure dans les différentes fiches de ce dossier. Les neuf d’entre elles qui nous ont paru les plus importantes et utiles sont les suivantes :
1) Mettre au point des trajectoires carbone d’ici à 2050 dans les secteurs où la région est compétente, avec des objectifs précis et affichés et des étapes crédibles. Le Haut Conseil pour le climat a longuement décrit dans un de ses derniers rapports les insuffisances de méthodologie des travaux des observatoires régionaux de l’énergie et du climat. Les régions sont en outre en situation différente vis-à-vis des objectifs climat et de la faisabilité d’atteindre la neutralité carbone. Enfin, le découpage régional des émissions ne correspond ni aux compétences des conseils régionaux ni à l’empreinte carbone sur le territoire régional, qui comprend notamment les émissions importées. Il est cependant possible et utile que, secteur par secteur, les régions fixent plus précisément leurs objectifs de réductions de gaz à effet de serre, sur les trois scopes.
 
2) Prévoir un débat d’orientation climatique préalable au débat d’orientation budgétaire.La transversalité de la prise en compte du sujet climat a beaucoup progressé dans l’organisation administrative et les initiatives de nombreuses régions. Les régions, comme les autres collectivités locales de plus de 50000 habitants doivent présenter un rapport sur leur situation en matière de développement durable. Mais ce document est un outil peu opérationnel pour définir une stratégie climatique et en fixer les étapes. Il ne donne pas lieu en outre à un débat spécifique entre les élus. C’est pourquoi il est proposé aux régions de mettre en place un débat d’orientation climatique préalablement au débat d’orientation budgétaire, sur la base d’une délibération fixant la stratégie climatique et les mesures à prendre pour son avancée.
 
3) Dans le cadre d’un aménagement du territoire plus respectueux de la nature et protégeant la biodiversitéprogrammer le suivi et l’achèvement de la réalisation de trames continues vertes et bleues ; pour privilégier les centres multi-fonctions habitat-commerce-loisir, pénaliser, dans le régime d’aides aux implantations d’activités économiques et commerciales, les implantations en périphérie des agglomérations et généraliserau sein des espaces ruraux, l’aide aux opérations de revitalisation des centres-bourgs comprenant l’installation ou la sauvegarde de services, de commerces de proximité et de tiers-lieux.
 
4) Utiliser davantage le levier des cantines scolaires des lycées pour développer de nouvelles filières bio et locales et en mesurer les résultats. Ceci suppose notamment la mise en place de nouvelles solutions logistiques pour les circuits courts. Il est par ailleurs important de les faire connaître de manière cohérente, par exemple par une plateforme internet permettant de faciliter l’identification des initiatives locales (guides, diagnostics, ...) et d’inspirer les initiatives nouvelles. Il s’agit ainsi de porter une attention particulière à la logistique et à la cohérence des informations, en s’assurant qu’il s’agit bien de filières locales et bio.
 
5) Faire en sorte que la région se porte candidate pour expérimenter des compétences plus importantes en matière d’énergies renouvelables : un complément régional des tarifs d’achat pour certaines énergies renouvelables, financés par le consommateur régional d’électricité ; un pilotage complet par la région d’un champ éolien offshore.
 
6) Intégrer un volet économie circulaire à toute aide au développement économique des entreprises, qu’il s’agisse d’études ou de mise en œuvre. Cela pourrait se traduire par des engagements pris par les entreprises concernées ou par les opérateurs pour davantage d’éco-conception dans la fabrication des produits, la mise en place de boucle locale pour valoriser les fournisseurs sur place, des engagements supplémentaires en matière de responsabilité sociale et environnementale, ou encore par l’alimentation des marchés locaux. 
 
7) Créer dans les filières concernées de la transition écologique des campus spécialisés et alliant recherche – innovation – formation, afin de produire un écosystème complet, attractif, vecteur d’emplois et donc de dynamisme économique.
 
8) Établir une vraie politique de réduction de la mobilité subie, par exemple en mettant en place un bonus-malus sur les entreprises en fonction de la distance moyenne de trajet de leurs salarié.e.s. L’objectif est d’inciter les entreprises à recruter des personnes vivant à proximité de leur lieu d’exercice professionnel afin de réduire la durée de la mobilité pendulaire d’une part, et de décourager les stratégies de délocalisation loin des bassins d’emplois.
 
9) Mettre en place une politique pleinement cohérente pour le vélo (installation de garages à vélos, aides financières à l’achat d’un vélo y compris électrique pour les jeunes et les ménages à faible revenu, développement de nouveaux axes sécurisés).

Biodiversité

Énergie

Europe

Politique Société

Santé environnementale

Territoires

« Traverser Tchernobyl » de Galia ACKERMAN, Éditions Premier Parallèle

LIRE

Article publié - Publié le 29 juin 2022

Synthèse

« Sur le chemin du retour, plongés dans l’obscurité (il fait déjà sombre à 5 heures de l’après-midi), nous gardons le silence. J’ai l’impression d’avoir fait une brève plongée dans un univers parallèle. Glauque et terrible, cet univers exerce néanmoins une étrange attraction. Je sais que je reviendrai. » (p. 27)

Climat

Consommation

Énergie

International

Mobilité

Politique Société

Transport aérien : où en est-on ?

LIRE

Décryptage - N°40 - Publié le 16 juin 2022

Synthèse

Le ralentissement de l'économie mondiale et des mobilités individuelles pendant et suite à la crise du Covid-19 auront fortement impacté le secteur aérien. Néanmoins, le trafic a rapidement recouvré la bonne dynamique dans laquelle il s'était inscrit pré-pandémie et présente déjà des prévisions de croissance étourdissantes. Tandis que le dérèglement climatique s'aggrave et que les États sont poussés à légiférer pour contenir les secteurs d'activités les plus polluants, le transport aérien fait face à des défis majeurs dans un contexte de plus en plus contraint.