Territoires

Atelier : Pour une meilleure résilience écologique de nos territoires après la Covid-19

Publié le 27 janvier 2021

Accueil > Publications > Atelier : Pour une meilleure résilience écologique de nos territoires après la Covid-19

Article publié

Le jeudi 21 janvier, dans le cadre des Assises Européennes de la Transition Énergétique, La Fabrique Écologique organisait un Atelier intitulé « Pour une meilleure résilience écologique de nos territoires après la Covid-19 », animé par Géraud Guibert, Président de La Fabrique Écologique et Laura Jouvert, Cadre territorial en département, animatrice d’un groupe de travail du réseau « une fonction publique pour la transition ».
Dans son exposé introductif, Géraud Guibert a rappelé que la résilience, cette capacité à vivre et se développer tout en faisant face à l’adversité, est une notion devenant essentielle face aux crises. L’adaptation au changement climatique nécessite de son côté de penser la résilience de manière structurelle, ne serait-ce qu’au regard des catastrophes naturelles à venir. Les deux notions se complètent, même si elles ne se recoupent pas totalement.
Retrouvez un compte-rendu détaillé de l’évènement ici

Agriculture

Biodiversité

Climat

Eau

Énergie

Mobilité

La Fabrique Écologique recrute un·e chargé·e d’études

LIRE LA NOTE

Notes ouvertes au débat collaboratif - Publié le 4 juin 2024

Synthèse

Recrutement

Biodiversité

Politique Société

Territoires

Réussir la transition écologique par l’approche paysagère

LIRE LA NOTE

Note définitive - N°50 - Publié le 11 avril 2024

Synthèse

La Note de La Fabrique Ecologique « Réussir la transition écologique par l’approche paysagère » issue du groupe de travail initié par Bertrand Folléa et Jean-Pierre Thibault est désormais disponible en ligne. Cette Note met en avant le rôle central du paysage dans la transition écologique. Elle remet en question la tendance à négliger le paysage dans les politiques d’aménagement du territoire, et propose au contraire de le placer au cœur de ces politiques. Elle soutient que le paysage, en intégrant son histoire, sa géographie et la perception des citoyens, peut devenir un catalyseur puissant pour une transition écologique plus compréhensible, cohérente, et démocratique. La Note propose trois propositions concrètes, notamment la formation des décideurs, le développement de plans de paysage pour la transition écologique, et un financement adéquat. En fin de compte, les auteur.es invitent à repenser notre rapport au paysage comme un élément essentiel de la transition écologique, capable de renforcer la cohésion sociale et la démocratie.