Énergie

Mer et Littoral

Territoires

36ème Atelier Co-Ecolo : L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable

Publié le 23 juillet 2019

Accueil > Publications > 36ème Atelier Co-Ecolo : L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable

Article publié

Ce mardi 2 juillet 2019, une soixantaine personnes étaient présentes à la Recyclerie pour participer à notre 36ème Atelier Co-Ecologique et débattre de la Note « L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable ». Cet Atelier a réuni les membres du Groupe de travail dont la Note est issue, ainsi que deux grands témoins : Vincent Balès, Directeur général de WPD Offshore France, et Yara Chakhtoura, Directrice générale de Vettenfall Eolien SAS.

Les échanges étaient animés par le journaliste Barnabé Binctin et ont permis de multiples interventions de la salle, notamment sur l’acceptabilité de l’éolien offshore, sur le cadre juridique et l’interconnexion des énergies à l’échelle européenne.
Pour conclure, les auteurs de la Note ont présenté leurs trois propositions concrètes afin que la France puisse rattraper son retard et développer la filière de l’éolien offshore à son plein potentiel : poursuivre la simplification des procédures judiciaires dans le respect du droit des parties ; fixer des objectifs de programmation pluriannuels de l’énergie déclinés sur chaque façade maritime ; et permettre à des régions volontaires de développer de nouveaux projets, devenant ainsi de véritables copilote de la transition énergétique
Retrouvez le compte-rendu complet de cet événement ici.

Consommation

Énergie

Mobilité

Les Controverses Écologiques: Comment faciliter le développement d’initiatives énergétiques sur les territoires?

LIRE

Article publié - Publié le 18 novembre 2019

Synthèse

Ce 14 novembre, la Fabrique Ecologique en partenariat avec la Sorbonne Développement Durable proposait sa quatrième édition de Controverses Ecologiques autour de la question : « Comment faciliter le développement d’initiatives énergétiques sur les territoires ? ». Animé par Géraud Guibert, président de la Fabrique Ecologique, quatre personnalités étaient présentes: Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l’Isère, Fanélie Carrey-Conte, Secrétaire Générale et directrice coopération à Enercoop, Michel Derdevet, Maître de Conférences à Sciences Po et Professeur au Collège d’Europe de Bruges et Marie Dégremont, chercheure au Centre de Sociologie des Organisations de Sciences Po Paris.

 

Dans une première partie de la Controverse, les intervenants ont relevé la multiplication des initiatives énergétiques locales ces dernières années. Pour Marie Dégremont, la volonté citoyenne de s’approprier les ressorts de la transition énergétique est devenue récurrente et cela nécessite de moins aborder la question sous un angle techniciste. Dans la même logique, Fanélie Carrey-Conte a relaté une partie de son expérience à Enercoop, qui développe des initiatives locales auprès des citoyens, et exprimé le caractère profondément démocratique de ce type de projets. Pour autant, Marjolaine Meynier-Millefert a souhaité questionner la place que doit avoir le citoyen dans un débat aussi technique et dont la responsabilité relève historiquement, notamment pour des questions de sécurité d’approvisionnement et de justice dans la distribution, de l’Etat.

Retrouvez un compte-rendu détaillé de l'évènement ici:

Territoires

Réparer la ville pour une régénération des lotissements

LIRE LA NOTE

Note définitive - Publié le 23 septembre 2019

Synthèse

67.000 hectares par an : c’est la surface moyenne artificialisée chaque année en France. Ce mouvement s’accélère depuis le début des années 1990 et ses conséquences dramatiques sont de mieux en mieux documentées : perte des terres agricoles, diminution des ressources en eau  potable, contribution aux phénomènes d’inondation, appauvrissement de la biodiversité, allongement des distances domicile-travail générant une hausse des émissions de CO2, hausse des dépenses d’équipements et de services publics, etc.