Énergie

Mer et Littoral

Territoires

36ème Atelier Co-Ecolo : L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable

Publié le 23 juillet 2019

Accueil > Publications > 36ème Atelier Co-Ecolo : L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable

Article publié

Ce mardi 2 juillet 2019, une soixantaine personnes étaient présentes à la Recyclerie pour participer à notre 36ème Atelier Co-Ecologique et débattre de la Note « L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable ». Cet Atelier a réuni les membres du Groupe de travail dont la Note est issue, ainsi que deux grands témoins : Vincent Balès, Directeur général de WPD Offshore France, et Yara Chakhtoura, Directrice générale de Vettenfall Eolien SAS.

Les échanges étaient animés par le journaliste Barnabé Binctin et ont permis de multiples interventions de la salle, notamment sur l’acceptabilité de l’éolien offshore, sur le cadre juridique et l’interconnexion des énergies à l’échelle européenne.
Pour conclure, les auteurs de la Note ont présenté leurs trois propositions concrètes afin que la France puisse rattraper son retard et développer la filière de l’éolien offshore à son plein potentiel : poursuivre la simplification des procédures judiciaires dans le respect du droit des parties ; fixer des objectifs de programmation pluriannuels de l’énergie déclinés sur chaque façade maritime ; et permettre à des régions volontaires de développer de nouveaux projets, devenant ainsi de véritables copilote de la transition énergétique
Retrouvez le compte-rendu complet de cet événement ici.

Climat

Mobilité

Politique Société

Territoires

Auditions des candidats à l’élection régionale en Île-de-France

LIRE

Article publié - Publié le 5 mai 2021

Synthèse

Le 4 mai 2021, La Fabrique Écologique et le Forum Vies Mobiles ont organisé une audition des principales têtes de liste à l'élection régionale en Île-de-France sur la thématique "mobilité, modes de vie et transition écologique". Clémentine Autain, Julien Bayou, Stéphane Beaudet (qui représentait Valérie Pécresse), Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin ont exposé leurs propositions et leurs visions du futur du territoire au regard des défis à relever pour qu'il fasse bon vivre en Île-de-France, et de façon durable.
Ils ont répondu aux questions de Géraud Guibert, président de La Fabrique Écologique et de Sylvie Landriève, directrice du Forum Vies Mobiles.

 

Retrouvez la vidéo de l'évènement ici.

Climat

Mobilité

Politique Société

Territoires

Quelles bonnes pratiques des régions en matière de mobilité

LIRE

Décryptage - N°35 - Publié le 28 avril 2021

Synthèse

La question des transports et plus largement de la mobilité sera au cœur des élections régionales à venir. La mobilité, ici entendue comme mobilité spatiale, est une liberté majeure qui permet l’émancipation des individus et conditionne souvent l’accès à un travail, mais également aux loisirs. Mais ses modalités actuelles sont de moins en moins soutenables, écologiquement et socialement.
Les études s’accumulent depuis des décennies sur les pollutions, les dégradations environnementales et l’impact sur le climat générés par les transports, principalement routiers et aériens. De nombreux travaux et enquêtes documentent de leur côté les souffrances sociales et la précarité économique engendrées par le système de transports, que le mouvement des Gilets Jaunes a incarnées.
Alors que la pandémie de la Covid-19 bouleverse la mobilité, le moment est opportun de modifier en profondeur les manières de se déplacer. Les régions ont dans ce domaine un rôle clé à jouer, puisqu’elles cumulent les compétences directement sur de nombreux systèmes de transport, mais aussi sur l’aménagement du territoire, l’éducation ou encore le développement économique, autant de dimensions qui conditionnent les distances parcourues.
Au moment où se préparent les prochaines élections régionales, ce décryptage a une double finalité. Il montre l’importance de mieux maîtriser le volume de déplacements, en particulier ceux qui sont subis, dans un contexte où les distances parcourues continuent d’augmenter.  Au-delà de la décarbonation des transports, il s’agit de réfléchir à la place que l’on souhaite accorder aux déplacements à l’heure où les distances parcourues sont de plus en plus longues, leurs prix et leurs désagréments de plus en plus importants, et où les enquêtes documentent un désir de ralentissement et de relocalisation. Pourtant, l’action sur le volume de déplacements contraints reste largement ignorée par les politiques de transports actuelles.
L’autre objectif de ce décryptage est d’identifier les bonnes pratiques des régions en matière de mobilité, qu’il s’agisse de modes de transports ou de la maîtrise des volumes de déplacements. Il ne s’agit pas de mener une analyse exhaustive ni d’analyser les lacunes et les retards, mais plutôt de tirer parti de ces bonnes pratiques pour rendre la mobilité plus soutenable et améliorer la vie quotidienne.
Ce décryptage présente donc successivement les enjeux et les compétences des régions en la matière (partie 1), les bonnes pratiques des régions pour décarboner l’offre de transports (partie 2) et les enjeux et les mesures déjà prises par les régions pour réduire le volume de déplacements contraints (partie 3). Le cas de l’Île-de-France, qui présente de nombreuses spécificités en matière de mobilité, est présenté en annexe.