Territoires

Réparer la ville pour une régénération des lotissements

Publié le 23 septembre 2019

Accueil > Publications > Réparer la ville pour une régénération des lotissements

Note définitive - N°33

67.000 hectares par an : c’est la surface moyenne artificialisée chaque année en France. Ce mouvement s’accélère depuis le début des années 1990 et ses conséquences dramatiques sont de mieux en mieux documentées : perte des terres agricoles, diminution des ressources en eau  potable, contribution aux phénomènes d’inondation, appauvrissement de la biodiversité, allongement des distances domicile-travail générant une hausse des émissions de CO2, hausse des dépenses d’équipements et de services publics, etc.
TÉLÉCHARGER LE PDF
Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre janvier 2017 et octobre 2018.

 

Signataires                 

  • Christine Leconte Présidente de l’Ordre des architectes d’Île-de-France, Présidente du groupe de travail

  • Bertrand Nicolle Urbaniste, chargé des relations institutionnelles de l’Ordre des architectes d’Île-de-France, rapporteur du groupe de travail

  • Michel Audouy Secrétaire général de la Fédération Française du Paysage

  • Luc Gwiazdzinski Géographe

  • Julien Moulard Urbaniste

Conformément aux règles de la Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu. Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

 

Autres membres du groupe de travail

  • Eric Aleyat-DupuisEx-directeur de SNL Prologues

  • Daniel Cueff – Maire de Langouët, mandaté par le réseau BRUDED

  • Pascale D’Anfray-LegendreArchitecte-urbaniste

  • Pascale PoirotPrésidente d’honneur de l’UNAM, ex-présidente

Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux

  • Jacques DrouhinMaire de Flagy, président des maires ruraux du 77

  • Frédéric BonnetArchitecte et urbaniste, Grand Prix de l’Urbanisme 2014

  • Raphaël BessonExpert en socio-économie urbaine et docteur en sciences du territoire, Directeur de l’agence Villes Innovations

  • Fabien GantoisArchitecte, enseignant à l’ENSA Paris La Villette et expert pour le programme expérimentation Europan du PUCA

Relecture

Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Nicolas Blanc, Guillaume Duval, Marianne Greenwood, Géraud Guibert, Catherine Husson-Traoré, Joël Roman, Guillaume Sainteny et Lucile Schmid.

Elle sera relue et fera l’objet de suggestion de la part de la personnalité suivante :

  • Sonia de la Provôté – Sénatrice du Calvados

  • Louis Henry – Responsable territoires et développement durable à l’institut CDC

  • Olivier Razemon – Journaliste, auteur de « Comment la France a tué ses villes »

 

Agriculture

Biodiversité

Climat

Eau

Énergie

Mobilité

La Fabrique Écologique recrute un·e chargé·e d’études

LIRE LA NOTE

Notes ouvertes au débat collaboratif - Publié le 4 juin 2024

Synthèse

Recrutement

Biodiversité

Politique Société

Territoires

Réussir la transition écologique par l’approche paysagère

LIRE LA NOTE

Note définitive - N°50 - Publié le 11 avril 2024

Synthèse

La Note de La Fabrique Ecologique « Réussir la transition écologique par l’approche paysagère » issue du groupe de travail initié par Bertrand Folléa et Jean-Pierre Thibault est désormais disponible en ligne. Cette Note met en avant le rôle central du paysage dans la transition écologique. Elle remet en question la tendance à négliger le paysage dans les politiques d’aménagement du territoire, et propose au contraire de le placer au cœur de ces politiques. Elle soutient que le paysage, en intégrant son histoire, sa géographie et la perception des citoyens, peut devenir un catalyseur puissant pour une transition écologique plus compréhensible, cohérente, et démocratique. La Note propose trois propositions concrètes, notamment la formation des décideurs, le développement de plans de paysage pour la transition écologique, et un financement adéquat. En fin de compte, les auteur.es invitent à repenser notre rapport au paysage comme un élément essentiel de la transition écologique, capable de renforcer la cohésion sociale et la démocratie.