Climat

Europe

International

Rendre utile la COP 21. De l’international au national : l’impact des négociations climatiques sur l’action publique

 

 

Publié le 10 janvier 2016

Accueil > Publications > Rendre utile la COP 21. De l’international au national : l’impact des négociations climatiques sur l’action publique

Note définitive - N°14

Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre février et septembre 2015.
TÉLÉCHARGER LA NOTE Download an english version

Signataires

• Aurore Bimont, ancienne présidente de CliMates, cheffe de projet COP21 au Conseil départemental deSeine-Saint-Denis, co-présidente du groupe de travail
• Géraud Guibert, président de La Fabrique Ecologique, co-président du groupe de travail
• Tomas Désaunay, docteur en sciences des matériaux, rapporteur du groupe de travail
• Pierre Ducret, CDC, président de l’Institute for Climates Economics
• Sabine Giguet, ingénieur et économiste dans le secteur de l’énergie
• Martin Guespereau, chargé de mission auprès du Secrétaire Général au Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie
• Serge Lepeltier, Président de l’Académie de l’Eau, ancien Ministre de l’Environnement, ancien Ambassadeur chargé des négociations sur le changement climatique
• Benoit Martimort-Asso, Responsable Pôle Prospective et Stratégie, Institut de Recherche pour le Développement et Membre du Comité Consultatif de CliMates
• Régis Nicolas, volontaire à l’Association Scientifique et Technique pour l’Eau et l’Environnement, anciennement chargé de mission pour l’Union Européenne en Chine
• Zach Ter-Minassian, diplômé de Sciences Po Paris, a travaillé pour un cabinet de conseil environnemental Eco Act, le REDD+ en Indonésie et le Centre pour la recherche internationale en foresterie (CIFOR).
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu.
Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

 

Autres membres du groupe de travail

• Sarah Bendahou (Emirats arabes unis), diplômée d’un double-master en Sciences et Politiques de l’Environnement, anciennement scolarisée au lycée au Lycée Louis Massignon d’Abu Dhabi. Elle a travaillé sur des projets d’assistance technique au Programme des Nations Unies pour l’Environnement dans le domaine de l’efficacité énergétique.
• Bindu Bhandari (Népal), membre de plusieurs associations visant à sensibiliser et mobiliser les jeunes autour des enjeux climatiques.
• Alexandra Gavilano (Pérou), doctorante à l’Université de Bern sur l’analyse de politiques publiques pour l’adaptation au changement climatique.
• Imelda (Australie), étudiante en master sur les politiques publiques et la gouvernance climatique à l’Université de Tasmanie.
• Monica Lafon (Mexique), analyste politique dans la Délégation Mexicaine à l’OCDE.
• Marilú López-Mejía (Mexique), Laboratoire de biologie évolutive et de génétique des populations, Université de Quintana Roo.
• Clément Métivier (Etats-Unis), coordinateur de COPinMyCity France et Amérique du Nord dans CliMates, anciennement étudiant à l’Université de Californie et chargé de mission pour la COP21 à Los Angeles.
• Luan Santos (Brésil), chercheur au Centre pour des Etudes intégrées sur le Changement climatique et l’Environnement à Rio de Janeiro.
• Thauan Santos (Brésil), professeur d’économie et de relations internationales à l’Université Fédérale et l’Université Catholique Pontificale de Rio de Janeiro.
• Rifka Sibarani (Indonésie), doctorant en économie de l’environnement à l’Université de Hawaï à Manoa.
• Soraya Soemadiredja (Indonésie), en master en Sciences de l’Environnement, de la Politique et du Management, a travaillé au Conseil National pour le Changement Climatique en Indonésie.
• Martina Sopkova (Union Européenne), membre de l’Unité Stratégie énergétique à la Commission Européenne, ex-consultante sur les directives européennes en matière d’environnement.
• Polina Voylokov (Russie), chercheure à l’INRA à Paris Grignon.
• Satrio A. Wicaksono (Indonésie), doctorant sur les impacts écologiques des précipitations en Indonésie à l’Université Brown aux Etats-Unis.

 

Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux

• Alix MAZOUNIE, chargée des Politiques Internationales, Réseau Action Climat France
• Pierre RADANNE, président de l’association 4D
• Céline RAMSTEIN, chef de projet COP21 à l’IDDRI
• Arthur VETU, conseiller au Cabinet du Président du Conseil Général du Nord

 

Relecture

Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Guillaume Duval, Marianne Greenwood, Marc-Olivier Padis, Guillaume Sainteny et Lucile Schmid. Géraud Guibert, membre du comité de lecture, n’a pas participé à cette réunion mais a été auditionné ensuite, compte tenu de sa responsabilité de co-président du groupe de travail.
Elle a été validée par le Conseil d’administration de La Fabrique Ecologique du 22 septembre 2015 et le Bureau de CliMates.
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, la note a été ouverte jusqu’à la fin du mois de février 2016 sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr).
La Fabrique Ecologique tient à remercier l’ensemble des contributeurs pour leurs remarques et commentaires avisés qui ont permis d’améliorer cette publication.
Cette note est également publiée sur le site de CliMates (www.climates.fr).

Biodiversité

Climat

Économie circulaire

Économie, Finances

Politique Société

Territoires

37ème Atelier Co-Ecolo : Quelle prise en compte de la voix de l’environnement dans l’entreprise ?

LIRE

Article publié - Publié le 18 septembre 2019

Synthèse

Ce mardi 17 septembre 2019, une cinquantaine de personnes étaient présentes à la Maison des Acteurs du Paris Durable pour participer à notre 37ème Atelier Co-Ecologique et débattre de la Note "Quelle prise en compte de la voix de l'environnement dans l'entreprise ?". Cet Atelier a réuni les membres du Groupe de travail dont la Note est issue, ainsi que deux grands témoins : Patricia Savin, Présidente d'Orée, et Pierre Victoria, Directeur Développement Durable chez Véolia.

Biodiversité

Climat

Économie circulaire

Économie, Finances

Territoires

Quelle prise en compte de la voix de l’environnement dans l’entreprise ?

LIRE LA NOTE

Notes ouvertes au débat collaboratif - Publié le 18 septembre 2019

Synthèse

La nouvelle Note de La Fabrique Ecologique "Quelle prise en compte de la voix de l'environnement dans l'entreprise" issue du groupe de travail coprésidé par Mathilde Craker et Gérard Langlais est désormais disponible en ligne.
A la suite du vote définitif de la loi « Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises » dite loi PACTE, l’article 1833 du Code civil dispose que non seulement « Toute société doit avoir un objet licite et être constituée dans l'intérêt commun des associés » mais aussi que « La société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ». Les enjeux sociaux sont portés dans l’entreprise notamment par les instances représentatives du personnel, y compris dans des conseils d’administration. Mais qu’en est-il des enjeux environnementaux ?