Consommation

L’incitation aux comportements écologiques – Les nudges, un nouvel outil des politiques publiques

Publié le 26 janvier 2016

Accueil > Publications > L’incitation aux comportements écologiques – Les nudges, un nouvel outil des politiques publiques

Note définitive - N°13

Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre septembre 2014 et avril 2015
TÉLÉCHARGER LA NOTE Download an english version

Signataires

• Cécile Désaunay, directrice d’études, Futuribles International
• Alberto Alemanno, avocat, spécialiste des nudges, professeur de droit à HEC
• Christèle Assegond, chercheuse à l’université de Tours
• Amélie Colle, étudiante et stagiaire à La Fabrique Ecologique
• Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du CSO (Centre de sociologie des organisations), directrice de
recherche au CNRS
• Denis Hilton, professeur de psychologie sociale à l’université de Toulouse
• Céline Laisney, gérante d’AlimAvenir, responsable du dispositif Vigie Alimentation pour Futuribles International
• Solange Martin, sociologue au service Economie et prospective de l’ADEME
• Régis Olagne, directeur de clientèle en charge des études dans le domaine du développement durable de BVA
• Olivier Oullier, professeur en sciences comportementales et neurosciences à Aix-Marseille Université
• Olivier Perrin, coordinateur du programme de recherche MOVIDA sur les modes de vie durables au MEDDE
• Éric Singler, directeur général de BVA, codirecteur de la BVA nudge unit
• Nicolas Treich, directeur de recherche à l’INRA, membre del’Ecole d’Economie de Toulouse (TSE)
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu.
Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux

• Dominique Bourg, philosophe spécialiste de l’écologie politique
• Nick Charter, membre de l’advisory board de la BIU
• Owain Service, managing director de la Behavioural Insight Unit britannique
• Françoise Waintrop, chef de la mission « Méthodes d’écoute et innovation » au Secrétariat Général à la Modernisation de l’Action Publique (SGMAP)

Relecture

Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Guillaume Duval, Géraud
Guibert, Marc-Olivier Padis, Guillaume Sainteny et Lucile Schmid.

Elle a été relue et fait l’objet de suggestions et de conseils de la part des personnalités suivantes :

• Geoffrey Delcroix, chargé de mission à la CNIL
• Françoise Waintrop, chef de la mission « Méthodes d’écoute et innovation » au Secrétariat Général de la Modernisation de l’Action Publique (SGMAP).
Elle a enfin été validée par le Conseil d’administration de La Fabrique Ecologique du 2 septembre 2015.
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, la note a fait l’objet d’un atelier co-écologique le mardi 15 septembre 2015, puis a été ouverte jusqu’à la fin du mois de décembre 2015 sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr). Parmi la dizaine d’amendements et de contributions reçues, des suggestions des personnes suivantes ont été retenues par le groupe de travail : Mme Anne-Gaëlle Figureau, M. Hugues de Jouvenel et M. Patrick Désaunay.
La Fabrique Ecologique tient à remercier l’ensemble des contributeurs pour leurs remarques et commentaires avisés qui ont permis d’améliorer cette publication.

Biodiversité

Consommation

Santé environnementale

Pluie de plastique dans nos montagnes

LIRE

Article de l’Oeil - N°28 - Publié le 26 juin 2019

Synthèse

Publié en février 2019 dans Nature Geoscience par Steve Allen, Deonie Allen, Vernon R. Phoenix, Gaël Le Roux, Pilar Durántez Jiménez, Anaëlle Simonneau, Stéphane Binet et Didier Galop, l’article « Atmospheric transport and deposition of microplastics in a remote mountain catchment »1 s’intéresse au transport par les courants aériens et à la pollution des milieux naturels par les microplastiques. Alors que la plupart des études concernant la pollution plastique se concentre sur le milieu marin, cette étude fait le choix de prendre pour terrain l’autre zone peu peuplée de la planète et en apparence peu concernée : les montagnes

Climat

Consommation

Les super-riches peuvent-ils sauver la planète ?

LIRE

Article de l’Oeil - N°27 - Publié le 16 mai 2019

Synthèse

Publié en janvier 2019 dans Nature Climate Change par Ilona Otto, Kyoung Mi Kim, Nika Dubrovsky et Wolfgang Lucht, l’article « Shift the focus from the super-poor to the super-rich» souligne le peu d’importance accordé par la recherche et les politiques au rôle joué par les plus riches dans le changement climatique, alors même que cette minorité émet de grandes quantités de CO2. Ainsi, des politiques publiques visant cette catégorie de la population pourraient permettre des réductions directes et indirectes conséquentes des émissions mondiales.