Climat

Politique Société

Santé environnementale

Les éco-émotions, enjeu de santé mentale majeur des années à venir ?

Publié le 25 octobre 2023

Accueil > Publications > Les éco-émotions, enjeu de santé mentale majeur des années à venir ?

Article de l’Oeil - N°50

“Identifying Types of Eco-Anxiety, Eco-Guilt, Eco-Grief, and Eco-Coping in a Climate-Sensitive Population : A Qualitative Study” est une étude réalisée par C. Ágoston et al. et publiée en 2022 par l’International Journal of Environmental Research and Public Health. L’intérêt de cet article est de définir différentes émotions liées à la situation environnementale, appelées « éco-émotions », et de souligner leurs impacts.
TÉLÉCHARGER LE PDF DOWNLOAD PDF (ENGLISH)
De cet article, La Fabrique Ecologique retient trois points essentiels :
#1 Les éco-émotions désignent les sentiments ressentis face à la crise écologique. Les auteurs répertorient quatre grands types d’éco-émotions :  
  • L’éco-anxiété, qui est un type particulier de stress lié aux problématiques environnementales ;
  • L’éco-culpabilité, qui intervient lorsque les individus réalisent qu’ils ont violé des normes de comportement qui existent dans la société ou qu’ils se sont eux-mêmes fixées ;
  • L’éco-deuil, qui est une réponse à une perte liée à la destruction physique de l’environnement ou à des dégradations futures anticipées ;
  • L’éco-adaptation, qui regroupent différentes stratégies adaptatives pour gérer les éco-émotions et qui renforcent le comportement pro-environnemental. 
L’objectif de cet article est de fournir une définition et une analyse qualitative approfondie des phénomènes psychologiques liés au changement climatique, afin de faciliter l’accompagnement des populations sensibles à cette problématique.  
 
#2 Les auteurs soulignent la complexité de ces émotions, qui se subdivisent en sous-types induisant différents comportements. Par exemple, un sous-type d’éco-culpabilité est l’autocritique, qui se traduit par une tendance à l’amélioration des comportements individuels visant à réduire l’impact environnemental. Un autre sous-type d’éco-culpabilité est la « responsabilité individuelle prophétique ». Également associée à un comportement plus respectueux de l’environnement, la responsabilité individuelle prophétique se traduit par la reconnaissance soudaine de l’impact de l’humanité ou de son propre impact sur l’environnement.  
 
#3 Plusieurs types de mécanismes d’adaptation aux éco-émotions ont été identifiés par les auteurs. Un premier exemple est le fait d’adopter de nouveaux comportements dans sa vie quotidienne ou de l’envisager. Une autre stratégie est la confrontation, qui se traduit par le fait d’essayer de persuader d’autres personnes de changer de comportement, quitte à générer des conflits interpersonnels. Si les deux mécanismes d’adaptation sont symptomatiques d’un engagement écologique plus important, l’étude montre que le premier s’accompagne souvent d’une diminution des émotions négatives, tandis que la confrontation a tendance à les intensifier. 
 
Perspectives en France
Bien que les éco-émotions ne figurent pas encore dans la liste des pathologies du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), selon un sondage Ifop (2022), 67 % des français déclarent ressentir de la peur face à l’avenir de la planète. Pour 34 % d’entre eux, leurs éco-émotions impactent leur santé mentale au quotidien. Cet impact est jugé considérable par 11 % des français, ainsi que par 20 % des femmes entre 25 et 34 ans, qui constituent un public particulièrement touché.  
 
L’avis de Pauline Bureau, Vice-présidente de LFE 

Reconnaître la réalité des éco-émotions, c’est admettre que le bien-être et la psyché humaine sont intimement liés à la santé de la planète : c’est faire un pas vers une représentation plus symbiotique de notre rapport à l’environnement, conception tout à fait prometteuse.

L’article est disponible ici.

Climat

Énergie

International

Politique Société

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur. Quelles équivalences entre CO2 et méthane ?

LIRE

Décryptage - N°48 - Publié le 20 juin 2024

Synthèse

Le pouvoir de réchauffement global (PRG) permet de calculer un équivalent-CO2 à tous les gaz à effet de serre et est utilisé dans tous les accords internationaux. Toutefois il ne prend pas en compte les différents cycles de vie entre les gaz dans l’atmosphère. Le méthane, puissant gaz à effet de serre, a par exemple une durée de vie plus courte que le CO2. D'autres métriques, proposées pour mieux tenir compte de cette caractéristique, font l'objet de débats. Ce décryptage fait le point sur cette question, afin de mesurer au mieux la contribution du méthane (et des différents GES) au réchauffement climatique. 

Biodiversité

Climat

Politique Société

Communiqué de La Fabrique Ecologique dans le cadre des élections législatives 2024

LIRE LA NOTE

Notes ouvertes au débat collaboratif - Publié le 17 juin 2024

Synthèse

Communiqué