Agriculture

Consommation

Énergie

Les bioénergies : quelle place dans la transition énergétique ?

Publié le 13 décembre 2023

Accueil > Publications > Les bioénergies : quelle place dans la transition énergétique ?

Notes ouvertes au débat collaboratif - N°51

La Note de La Fabrique Ecologique « Les bioénergies : quelle place dans la transition énergétique ? » issue du groupe de travail initié par François Demarcq est désormais disponible en ligne. Cette note a un double objectif : rappeler ce qu’est la biomasse, à quoi elle peut servir pour mettre en lumière les limites et les arbitrages nécessaires, et expliciter quelques messages simples pour une prise en compte raisonnée et partagée de la biomasse dans les politiques publiques. Alors que la révision de notre stratégie énergétique est un enjeu majeur pour atteindre la « neutralité carbone » en 2050, cette Note propose de redonner une juste place à la thématique de la biomasse, une source d’énergie majeure et « multiusages » insuffisamment prise en compte dans les débats publics.
TÉLÉCHARGER LE PDF
Cette Note est actuellement ouverte à la co-construction citoyenne. Ceci signifie que chacun(e) peut contribuer à son amélioration en faisant des commentaires et surtout en proposant des amendements précis, soit ci-dessous ou par email à l’adresse contact@lafabriqueecologique.fr. À l’issue de cette période collaborative, le groupe de travail qui a rédigé le document initial se réunira une dernière fois pour retenir les amendements jugés pertinents. Leurs auteurs seront dans ce cas sollicités pour que leur nom figure, s’ils le souhaitent, dans la fiche de présentation de la note en tant que contributeur. La version définitive sera ensuite publiée. 
 
 
Membres du groupe de travail : 
  • Christian Couturier – Directeur, SOLAGRO
  • François Demarcq – Ingénieur général des mines honoraire, référant énergie à La Fabrique Ecologique
  • Géraud Guibert – Président de La Fabrique Ecologique 
  • Laurent Simon – Professeur émérite, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, référent biodiversité à La Fabrique Ecologique
Grands Témoins : 
  • Philippe Mauguin – Président-directeur général, INRAE, Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement 
  • Pierre-Marie Aubert – Directeur du programme Politiques agricoles et alimentaires, IDDRI, Institut du développement durable et des relations internationales 

1 commentaire

Aarnaud TROLLE

Il y a 6 mois

Bonjour, Merci pour votre publication. La biomasse d'origine agricole (méthaniers) appairait ici comme une solution presque idéale (à part les fuites, dont l'ampleur et les conséquences ne sont pas précisées). DANIEL CHATEIGNER, scientifique et coordonnateur du Collectif Scientifique National pour une Méthanisation raisonnable (CSNM) (cf article paru dans Up Magazine du 19/12) apporte des éléments intéressants sur les effets agronomiques négatifs (dont appauvrissement des sols) et sur la faible efficacité énergétique. Il me semble intéressant de davantage mettre en valeur les limites de ces techniques, non pas pour les éliminer, mais les utiliser pour ce qu'elles peuvent réellement apporter à l'écosystème et aux citoyens (pas seulement pour l'énergie de substitution). L'approche "filière" permet difficilement une approche globale et systémique.

Écrire un commentaire

Tous les commentaires sont soumis à modération avant publications.



Agriculture

Biodiversité

Climat

Consommation

Énergie

Mobilité

Rapport d’activité 2023

LIRE

Article publié - Publié le 8 juillet 2024

Synthèse

La Fabrique Ecologique publie son Rapport d'activité 2023. Vous pouvez retrouver l'ensemble de nos actions dans une version exhaustive du rapport ou bien la synthèse de nos principaux travaux dans un quatre page tout aussi utile pour comprendre l'ADN de La Fabrique Ecologique.

Climat

Énergie

International

Politique Société

Le méthane dans les stratégies d’atténuation : un enjeu majeur. Quelles équivalences entre CO2 et méthane ?

LIRE

Décryptage - N°48 - Publié le 20 juin 2024

Synthèse

Le pouvoir de réchauffement global (PRG) permet de calculer un équivalent-CO2 à tous les gaz à effet de serre et est utilisé dans tous les accords internationaux. Toutefois il ne prend pas en compte les différents cycles de vie entre les gaz dans l’atmosphère. Le méthane, puissant gaz à effet de serre, a par exemple une durée de vie plus courte que le CO2. D'autres métriques, proposées pour mieux tenir compte de cette caractéristique, font l'objet de débats. Ce décryptage fait le point sur cette question, afin de mesurer au mieux la contribution du méthane (et des différents GES) au réchauffement climatique.