Biodiversité

Consommation

La responsabilité des villes dans la disparition des oiseaux

Publié le 10 juin 2017

Accueil > Publications > La responsabilité des villes dans la disparition des oiseaux

Article de l’Oeil - N°18

L’urbanisation est-elle de bon augure à la préservation de la diversité des oiseaux ? C’est à cette question que s’intéresse l’article publié dans l’Ecology Letters d’avril 2017 « Urbanisation and the loss of phylogenetic diversity in birds », rédigé par D. Sol, I. Bartomeus, C. Gonzales-Lagos et S. Pavoine. En comparant le nombre d’espèces et leur diversité entre les villes et les espaces périphériques, les auteurs constatent une forte disparition d’espèces dans les espaces urbains.
TÉLÉCHARGER L'ŒIL
L’article s’appuie sur des études menées dans 27 régions des cinq continents. Les données incluent plus de 185.000 oiseaux, de plus de 1200 espèces différentes. Pour comprendre les effets de l’urbanisation sur les oiseaux, les auteurs ont étudié leur diversité phylogénétique, c’est-à-dire l’étude des relations de parenté entre différentes espèces d’une même communauté. Elle mesure non seulement la richesse du nombre d’espèces, mais aussi le degré de parenté et la diversité génétique. Le rythme et l’ampleur de l’urbanisation sont des facteurs majeurs des changements en cours des écosystèmes. Ils modifient en profondeur la biodiversité, mais aussi les services écosystémiques.
La baisse de la diversité phylogénétique est due à la disparition d’espèces d’oiseaux (1). L’invasion des exploiteurs urbains ne change rien au phénomène (2). Pour résoudre le problème, il est indispensable de développer une urbanisation diversifiée et d’intensité modérée (3).
#1 La diversité phylogénétique des oiseaux décline dans les villes, car beaucoup d’espèces disparaissent. L’étude distingue trois types d’espaces : fortement urbanisés (beaucoup d’immeubles et très peu de parcs), modérément urbanisés (les villes résidentielles avec des espaces verts) et les espaces périphériques (la forêt, les prairies et les communes rurales). Dans les espaces fortement urbanisés, on observe que le nombre d’espèces d’origine est deux fois plus faible que dans les espaces périphériques1. L’urbanisation affecte donc l’histoire évolutive naturelle des oiseaux : elle crée des filtres qui ne permettent qu’à un nombre restreint d’espèces de continuer à vivre dans ce type d’environnement.
 
#2 L’urbanisation altère la diversité phylogénétique en permettant la prolifération de certaines espèces appelées « exploiteurs urbains ». C’est le cas par exemple des corbeaux, des pinsons ou des hirondelles. Ces espèces peu nombreuses varient selon les régions étudiées. Le pigeon est par exemple différent en Eurasie (Streptopelia decaocto), en Afrique (Columba guinea), ou en Australie (Ocyhaps lophotes). Parmi ces exploiteurs urbains existent des espèces exotiques qui n’étaient pas présentes à l’origine (seulement 47 des 1220 espèces dans l’étude). Phylogénétiquement, les exploiteurs urbains natifs ou exotiques sont très proches les uns des autres. Ils contribuent donc à l’homogénéisation des villes, et ne permettent pas de retrouver la diversité phylogénétique dont disposent les espaces périphériques.
 
#3 Pour faire face à ce problème, le maintien de la diversité phylogénétique des oiseaux suppose une urbanisation diversifiée et d’intensité modérée. Les auteurs font le corollaire avec l’agriculture : sur la base d’observations menées au Costa Rica, les systèmes agricoles diversifiés2 maintiennent deux fois plus d’espèces d’oiseaux que les monocultures intensives. La forêt est un espace essentiel pour maintenir cette diversité. Cette préconisation est d’autant plus importante qu’est anticipée une augmentation des surfaces urbanisées dans le monde de 1,2 million de km² entre 2000 et 2030. Il reste cependant à définir les moyens concrets de l’appliquer.
 
1 Parmi les espèces qui disparaissent, beaucoup ont évolué distinctivement dans l’histoire évolutive des oiseaux, cela concerne des espèces qui présentent peu de caractères morphologiques, génétiques, … communs avec les autres espèces. En se maintenant, elles favorisent donc la diversité phylogénétique.
2 Les systèmes agricoles diversifiés incluent des cultures différentes, et davantage de végétation et de forêt.

Biodiversité

La Convention sur la diversité biologique, un cadre international pour la biodiversité

LIRE

Décryptage - N°28 - Publié le 30 juin 2020

Synthèse

L'année 2020 devait être une année charnière, ponctuée de rendez-vous cruciaux, pour la protection de la biodiversité : Le Congrès Mondial de l’Union International de Conservation de la Nature (UICN) en juin à Marseille, la Conférence des Parties sur la diversité biologique (COP-15) en septembre à Kunming, en Chine. 2020 sera, pourtant, bel et bien l’année du Covid-19. Celle d’un virus qui vampirise l’attention médiatique, mais qui braque les projecteurs sur les liens qui unissent destruction des écosystèmes et développement des maladies infectieuses. A l’heure où la préservation de la biodiversité revêt une importance majeure, ce décryptage dresse un panorama de sa gouvernance et de ses enjeux.

Consommation

International

Santé environnementale

Soirée de lancement de l’Atlas du Plastique

LIRE

Article publié - Publié le 3 mars 2020

Synthèse

« Nous vivons à une époque où nous touchons plus souvent du plastique que nous ne touchons ceux que nous aimons ». Voici les premiers mots de Jens Althoff, directeur du bureau de Paris de la Fondation Heinrich Böll. Cette soirée-débat a été organisée à l’occasion de la publication de l’Atlas du Plastique au Palais de la découverte.  Près de 200 personnes étaient présentes à cette soirée pour participer à nos tables-rondes, animées par Jules Hebert, coordinateur des programmes Transition énergétique, écologique et sociale à la Fondation Heinrich Böll – France et Anahita Grisoni, directrice opérationnelle de La Fabrique Ecologique.
Jens Althoff et Lucile Schmid, vice-présidente de La Fabrique Ecologique ont présenté l’Atlas du Plastique comme le résultat d’une coopération franco-allemande efficace sur le thème du plastique et de ses conséquences. Il est à la fois un « Atlas de responsabilisation » et une source d’inspiration qui nous invite à agir et à débattre sur des questions de justice sociale, d’écologie mais aussi de géopolitique, d’économie, de santé publique… Rappelons que nous ingérons en termes de plastique, l’équivalent d’une carte de crédit par semaine.

 

Retrouvez un compte-rendu détaillé de l'événement ici: