International

La résistance française a l’écologie. L’écologie peut-elle transformer positivement le modèle français ?

Publié le 3 juin 2015

Accueil > Publications > La résistance française a l’écologie. L’écologie peut-elle transformer positivement le modèle français ?

Note définitive - N°8

Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre décembre 2013 et décembre 2014.
TÉLÉCHARGER LA NOTE Download an english version

Signataires

• Lucile Schmid, vice-présidente de La Fabrique Ecologique et présidente du groupe de travail
• Esther Bailleul, diplômée de l’Institut d’études politiques de Lille, co-rapporteure
• Laurent Barbezieux, consultant, Arthur D. Little
• Hélène Bédon-Rouanet, responsable de la communication New Wind R&D
• Anne Chanon, consultante, Le sens commun
• Julie Cunat, attachée de groupe au CESE
• Clémence Guimont, doctorante à Sciences Po Lille, co-rapporteure
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu. Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.

Autres membres du groupe de travail

• Vincent Lidsky, haut fonctionnaire au ministère de l’Economie et des Finances
• Albert Peirano, haut fonctionnaire au ministère de l’Economie et des Finances

Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux

• Vincent Lidsky, haut fonctionnaire au ministère de l’Economie et des Finances
• Sylvain Angerand, responsable de campagne de l’ONG Les Amis de la Terre
• Jacques Archimbaud, vice-président de la Commission nationale du débat public, ancien directeur adjoint de cabinet de Cécile Duflot, Ministre du Logement et de l’Aménagement du territoire
• Delphine Batho, députée PS et ancienne Ministre de l’Ecologie
• Jean-Louis Beffa, président d’honneur et administrateur de Saint-Gobain
• Nicolas Blanc, directeur de projets innovation et développement durable à la Caisse des Dépôts
• Patricia Blanc, directrice générale de la prévention des risques (DGPR) au MEDDE
• Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de Protection des Oiseaux
• François Bouvard, directeur associé senior du bureau français de McKinsey
• Daniel Boy, directeur de recherches au Centre de recherches politiques de Sciences –Po (CEVIPOF)
• Pascal Canfin, ancien Ministre délégué au développement
• Michel Colombier, directeur scientifique de l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI)
• Cyrille Cormier, chargé de campagne énergie et climat à Greenpeace France
• Thomas Coutrot, porte-parole d’ATTAC
• Mariette Darrigrand, sémiologue
• Damien Demailly, coordinateur du programme Nouvelle Prospérité à l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI)
• François de Rugy, co-président du groupe EELV à l’Assemblée nationale
• Jean-Luc Di Paola-Galloni, directeur du Développement Durable et des Affaires Publiques chez Valeo
• Pierre Ducret, président directeur général de CDC Climat
• Cécile Duflot, députée EELV et ancienne Ministre de l’Egalité des territoires et du Logement
• Stéphane Frioux, historien des politiques environnementales, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2
• Arnaud Gossement, avocat associé et fondateur du cabinet Gossement avocats
• Géraud Guibert, magistrat à la Cour des comptes, président de la Fabrique Ecologique
• Julien Hardelin, chef de secteur « politiques agricoles » OCDE
• Victor Harlé, élève en scolarité à l’Ecole nationale d’administration promotion Churchill
• Dominique Hoestlandt, ancien président de l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (UNICEM)
• Vanessa Jerôme, chercheuse en sciences politiques (laboratoire TEPSIS), membre du conseil scientifique de la Fondation de l’Ecologie Politique
• Chantal Jouanno, sénatrice UDI, ancienne Ministre de l’Ecologie
• Alice Jubeau, conseillère du président en charge des relations institutionnelles et de l’action publique chez CertiNergy
• Bernard Laponche, physicien nucléaire, ancien membre du cabinet de Dominique Voynet
• Catherine Larrère, philosophe, présidente de la Fondation de l’Ecologie Politique
• Stéphane Le Moing, directeur adjoint de cabinet du ministre de l’Agriculture
• Jean Daniel Lévy, directeur du département politique & opinions chez Harris Interactive
• Yves Marignac, directeur de WISE-Paris
• Dominique Méda professeur de sociologie à l’Université Paris Dauphine
• Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez
• Michèle Pappalardo, magistrate à la Cour des Comptes, ancienne directrice générale de l’ADEME, ancienne Commissaire générale au Développement durable
• Hélène Pelosse, inspectrice générale des finances, ancienne directrice de cabinet adjointe de Jean-Louis Borloo Ministre de l’Ecologie et du Développement durable
• Bernard Perret, ingénieur et socio-économiste
• Jean Pisani-Ferry commissaire général à la stratégie et à la prospective
• Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat
•Pascal Riché, directeur adjoint de la rédaction de l’OBS
• François Roche, consultant Les Rois mages, journaliste
• Maximilien Rouer, directeur général délégué chez Greenflex
• Guillaume Sainteny, spécialiste des politiques environnementales, professeur à l’Ecole Polytechnique
• Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement
• Hélène Valade, directrice de la communication et du développement durable à Suez environnement
• Sophie Verney-Caillat, journaliste en charge des questions écologistes chez Rue 89
• Isabelle Veyrat-Masson, directrice de recherches au CNRS, directrice du laboratoire Communication et politique
• Thierry Wahl inspecteur général des finances, secrétaire général du débat national sur la transition énergétique (2012-2013)

Relecture

Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Camille Duday, Guillaume Duval, Géraud Guibert, Marc-Olivier Padis et Guillaume Sainteny. Lucile Schmid, membre du comité de lecture, n’a pas participé à cette réunion mais a été auditionnée ensuite, compte tenu de sa responsabilité de présidente du groupe de travail.
Elle a été relue et fait l’objet de suggestions et de conseils de la part des personnalités suivantes :
• Edwin Zaccaï, professeur à l’Université libre de Bruxelles
• Kalypso Nicolaidis professeur au Center for European Studies (Oxford)
Elle a enfin été validée par le Conseil d’administration de La Fabrique Ecologique du 19 janvier 2015.
Le groupe de travail, par la voix de sa présidente, Lucile Shmid, tient à remercier Géraud Guibert, Jenny Joussemet et Amélie Colle.
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, la note a été ouverte aux commentaires jusqu’à la fin du mois de janvier 2014 sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr) afin de recueillir l’avis et les propositions des internautes. Parmi les amendements et les contributions reçues, des suggestions de M. Pierre Cellier, M. Dominique Bidou, M. Denis Bonnelle, Mme Françoise Bossoutrot, Mme Julie Cunat, M. Hugo Fontes, Mme Catherine Lapierre et Mme Natali Tostes ont été retenues.
La version définitive, présentée ci-dessous, prend en compte en outre les remarques formulées lors de l’atelier co-écologique organisé le 9 février 2015 à l’Hôtel de Lassay, Paris.
La Fabrique Ecologique tient à remercier l’ensemble des contributeurs pour leurs remarques et commentaires avisés qui ont permis d’améliorer cette publication.

International

Politique Société

Décryptage : La Chine peut-elle devenir verte?

LIRE

Décryptage - N°23 - Publié le 26 août 2019

Synthèse

Le bilan précis des dégradations environnementales en Chine montre à quel point elles sont graves et indéniables, avec des effets directs sur la santé et la biodiversité. De nombreuses mesures écologiques ont pourtant été prises depuis le début des années 2000, avec un appareil législatif de protection environnementale très développé et de très importants investissements verts.
Comment alors comprendre que la situation ne s’améliore pas plus rapidement ? Quels sont les freins économiques, politiques et sociaux au développement de la civilisation écologique chinoise ? C’est à ces questions que le présent décryptage s’efforce de répondre.

Climat

Europe

International

Politique Société

Prendre sa vie en main. Le mouvement des jeunes pour le climat

LIRE

Décryptage - N°21 - Publié le 28 mai 2019

Synthèse

A la veille des manifestions lycéennes mondiales sur le climat, ce décryptage écrit à quatre mains par Paul Spence¹, lycéen actif dans le mouvement des jeunes pour le climat et Lucile Schmid², vice-présidente de la Fabrique écologique, revient sur les origines de ce mouvement, raconte le parcours d’engagement des jeunes, et prend le pari de son enracinement. Mais pour passer de l’interpellation à la naissance d’un véritable contre-pouvoir il est essentiel de définir alliances et contenu précis des revendications. Ainsi la parole des jeunes prendra une force nouvelle.