05

janvier

2017

Les petits déjeuners

Évènement passé

Yannick Jadot, troisième invité de notre cycle de Petits Déjeuners

Les intervenants

Yannick Jadot

Candidat d’Europe Ecologie Les Verts

La réaction de Yannick Jadot en vidéo. Compte-rendu de l’événement par Le Monde

Les petits déjeuner de La Fabrique Ecologique autour des candidats à l'éléction présidentielle de 2017

Pour ce troisième petit déjeuner, en partenariat avec le journal Le Monde, La Fabrique Ecologique recevait Yannick Jadot, candidat d’Europe Ecologie Les Verts à l’élection présidentielle. L’occasion pour le candidat de développer ses réflexions sur l’écologie et d’échanger avec la cinquantaine d’invités présents, acteurs de l’environnement et du développement durable.
Yannick Jadot a débuté son intervention par un constat : si la France est au bord de la rupture – affaissement démocratique et économique, retrait européen, dégradation écologique – elle est aussi à un moment de basculement. Loin de tout catastrophisme, le candidat a rappelé que les leviers du changement sont déjà là, dans les associations, la recherche et l’innovation, sur les territoires, même si encore trop souvent en marge des politiques publiques, tout comme la prise de conscience collective des défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Il a ensuite plaidé pour un modèle de société en partage, décentralisé, et citoyen ; un projet d’avenir collectivement partagé qui permettra à la France de mettre en œuvre la transition écologique sur ses territoires et de se projeter à l’échelle européenne. Dans ce modèle, la place de l’Etat doit être repensée : fort et efficace, il ne doit pas être en surplomb de la société mais la faire vivre. Il s’agit d’innover jusque dans nos institutions : Yannick Jadot a ainsi proposé la création d’un poste de vice Premier ministre en charge de l’environnement.
Le deuxième temps d’échanges avec la salle a été l’occasion de décliner sa vision sur un certain nombre de sujets. Il a notamment été question de la réorientation de la PAC, de démocratie alimentaire – le candidat proposant que la restauration collective soit uniquement approvisionnée par l’agriculture paysanne et biologique – l’Europe, ou encore la biodiversité et la question animale. Il a également rappelé son opposition à Notre-Dame-des-Landes et au projet de LGV Lyon-Turin.