06

janvier

2019

Les ateliers co-écologiques

Évènement passé

#33ème Atelier Co-Ecologique : Pour une Europe de l’écologie

Les intervenants

Lucile Schmid et Thierry Libaert

Co-auteurs de la Note

Martin Pigeon

Chercheur au Corporate Europe Observatory

Adina Revol

Conseillère économique à la représentation de la Commission européenne à Paris

Mercredi 6 janvier 2019, quatre-vingts personnes étaient présentes à la Maison de l’Europe pour participer à notre 33ème Atelier Co-Ecologique et débattre de la note « Comment faire avancer l’Europe de l’écologie ».
Les échanges étaient animés par le journaliste Thomas Blosseville.
En introduction, Lucile Schmid et Thierry Libaert, les deux co-auteurs de la note, ont expliqué avoir initié ce travail pour mettre en lumière les blocages qui empêchent l’Europe d’aller plus loin en matière d’environnement. Ils ont ensuite détaillé les quatre exemples sur lesquels ils se sont penchés pour illustrer leurs propos.  Les sujets du climat, de la consommation durable, de la pêche et des pesticides ont été abordés.  D’une manière générale, c’est la difficulté de l’Union européenne à se réformer qui a été évoquée avec la salle et les deux grands témoins. Adina Revol a  souligné les avancées réalisées pour mettre au cœur de la politique européenne la transition énergétique, notamment à travers le travail de Jean-Claude Junker . Martin Pigeon a de son côté a voulu insister sur les conséquences du pouvoir des lobbys dans les processus législatifs européens .
Les solutions envisagées dans la note pour donner à l’Europe une ampleur adaptée aux enjeux environnementaux ont ensuite été débattues : trouver un nouvel équilibre entre institutions et culture écologique, réformer la Commission, donner une meilleure place aux faits scientifiques, organiser des coopérations renforcées entre Etats, revoir l’enjeu des questions énergétiques et mieux prendre en compte les mobilisations citoyennes.
Cet Atelier a été marqué par les nombreuses questions et témoignages de la salle. Des sujets très variés ont été abordés : la problématique de la complexité du fonctionnement de l’Union européenne, la question de la transparence, les initiatives citoyennes attaquant en justice l’UE et les Etats-membres, etc.