03

mai

2018

Les petits déjeuners

Évènement passé

Jean Pisani-Ferry, économiste et ancien Commissaire Général de France Stratégie, invité de notre 3ème petit-déjeuner

Les intervenants

Jean Pisani-Ferry

Economiste et ancien Commissaire Général de France Stratégie, invité de notre 3ème petit-déjeuner

Revivez ce petit déjeuner en vidéo
Ce jeudi 3 mai 2018, le Café Imago a fait le plein pour le 3ème petit-déjeuner de La Fabrique Ecologique autour du thème « Comment réussir la transition écologique ? ». L’invité était l’économiste et ancien Commissaire Général de France Stratégie, Jean Pisani-Ferry.
 
Dans un premier temps, Jean Pisani-Ferry a partagé ses d’inquiétudes au sujet de la transition écologique : la fragilité des Accords de Paris, l’ampleur des efforts à accomplir dans les domaines du bâtiment et des transports, l’opposition entre croissance et environnement, et la sous-estimation des problèmes distributifs. Il a notamment insisté sur l’impact de la taxe carbone sur les ménages les plus défavorisés alors que les mesures de compensation sont encore très limitées. Sur l’opposition entre croissance et environnement, il a formulé le vœux de  la voir dépasser, ne jugeant pas efficace d’en faire un clivage politique.  Enfin, il a rappelé que la crédibilité de la transition écologique était la condition sine qua non pour que les entreprises privées investissent massivement dans ce sens.
Le débat a ensuite été ouvert avec la salle : quel compromis possible entre la France et l’Allemagne sur le prix du carbone en Europe ? Comment accompagner les filières industrielles vouées à disparaître ? Quelle action publique pour protéger les plus vulnérables des conséquences du changement climatique ? Faut-il nécessairement des investissements publics massifs ? Comment les économistes intègrent le coût de la pollution de l’air et de la pollution sonore dans leurs modèles ? Tout en apportant ses réponses, Jean Pisani-Ferry est également revenu sur la répartition des efforts entre les générations.
Il a conclu cette matinée par 2  vœux : au Président de la République, auquel il demande de porter le sujet de la transition écologique sur le plan national autant qu’il le fait sur la scène internationale  ; et aux citoyens qu’il encourage à construire un débat écologique rigoureux qui s’affranchisse de l’opposition entre croissance et environnement. Il n’a pas souhaité formuler de vœu au Secrétaire Général de l’ONU expliquant que cette institution avait échoué dans le domaine de la transition écologique.