22

octobre

2019

Les petits déjeuners

Évènement passé

Catherine Larrère, philosophe et professeure de philosophie émérite, invitée de notre cycle de petits déjeuners

Notre invitée:

Catherine Larrère

Professeure de philosophie émérite, spécialiste de la philosophie de l'environnement

Voir la vidéo
Ce mardi 22 octobre 2019, le Café Imago nous accueillait à nouveau pour une édition des petits déjeuners autour du thème « Comment réussir la transition écologique ». Notre invitée était Catherine Larrère, philosophe et professeure de philosophie émérite spécialisée dans les questions afférentes à l’écologie et à l’éthique environnementale.
La première partie de son intervention était portée sur la déconstruction des cadres de pensée qui régissent l’action politique et la transition écologique. En s’appuyant sur une citation de Saint-Simon, la philosophe a établi que les cadres politiques et le langage commun aux politiciens et aux scientifiques seraient propices à l’administration des choses plutôt qu’au gouvernement des Hommes. Ainsi, elle a demandé davantage de prudence lors de la reconnaissance a priori de liens de causalité entre différents phénomènes tels que la raréfaction des ressources ou la surpopulation et le réchauffement climatique. Bien que légitimes, ces réflexions effaceraient, selon la philosophe, la place écrasante des inégalités environnementales et sociales dans la réussite de la transition écologique. 
Lucile Schmid, vice-présidente de la Fabrique Écologique, l’a ensuite questionnée sur la diffusion du sentiment de fin du monde au sein des sociétés. Afin de répondre à cette interrogation, Catherine Larrère a souligné les risques liés au catastrophisme qui stimulerait l’exacerbation d’approches et d’initiatives trop individualistes. Elle énonce ainsi les écueils d’une gestion privée des « ruines du capitalisme ». Toutefois, elle nuance son propos en évoquant l’empowerment de la parole d’une part de la jeunesse depuis le début du mouvement pour le climat. De fait, bien que l’autonomisation des acteurs et des territoires peut répondre aux problèmes à venir, pour la philosophe il serait nécessaire de co-construire les solutions en impliquant mieux la société civile et en s’imprégnant de ces initiatives qui se multiplient. Dans la continuité de cette réflexion, la salle s’est impliquée dans le débat en revenant sur les problématiques liées à la justice, au concept de transition ou encore à la place de l’Etat dans l’accompagnement de ces expérimentations. 
Enfin, comme le veut l’exercice du petit-déjeuner, l’invitée a formulé trois voeux :  que les initiatives des citoyens soient soutenues, que le Président de la République soit plus attentif aux inégalités environnementales et enfin que le Secrétaire Général de l’ONU mette au calendrier le sujet des migrations climatiques en tenant compte du destin des humains ainsi que des non-humains.