02

juillet

2019

Les ateliers co-écologiques

Évènement passé

#36ème Atelier Co-Ecologique : L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable

Les intervenants

Vincent Balès

Directeur général de WPD Offshore France

Yara Chakhtoura

Directrice générale de Vettenfall Eolien SAS

Télécharger la note
Mardi 2 juillet 2019, une soixantaine personnes étaient présentes à la Recyclerie pour participer à notre 36ème Atelier Co-Ecologique et débattre de la Note « L’éolien offshore en France, un rattrapage indispensable ».
Les échanges étaient animés par le journaliste Barnabé Binctin.
En introduction, plusieurs membres du Groupe de travail dont cette Note est issue ont présenté les principaux enjeux de l’éolien offshore en France. Florent Facq et Valentin Devriès, co-présidents du Groupe et co-auteurs de la Note, sont tout d’abord revenus sur les engagements du gouvernement en faveur de l’éolien offshore et sur son potentiel électrique important. Les autres membres du groupe ont ensuite mis en avant les retombées économiques positives du développement de cette filière mais également les différents blocages auxquels elle est confrontée : des procédures administratives laborieuses, un cadre juridique trop contraignant et un manque cruel de planification temporelle et spatiale. En effet, malgré plusieurs améliorations engagées par l’Etat, les membres du Groupe de travail jugent les difficultés encore trop nombreuses pour que la France rattrape son retard sur ses voisins européens.
La parole a ensuite été donnée au public et aux deux grands témoins qui ont souligné les principaux enjeux au cœur de l’éolien offshore : le débat public et « l’acceptabilité », les recours en justice, l’interconnexion des énergies européennes, les coûts de la connexion au réseau d’électricité, etc. Le potentiel de l’éolien flottant, encore à développer, a également été mis en avant.
Finalement, les auteurs ont présenté les trois propositions de la Note pour que la France puisse rattraper son retard et développer la filière de l’éolien offshore à son plein potentiel : poursuivre la simplification des procédures judiciaires dans le respect du droit des parties ; fixer des objectifs de programmation pluriannuels de l’énergie déclinés sur chaque façade maritime ; et permettre à des régions volontaires de développer de nouveaux projets, devenant ainsi de véritables copilotes de la transition énergétique.
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, cette Note est désormais ouverte aux amendements et propositions des citoyens jusqu’en avril 2018.