Mobilité

Numérique

Politique Société

Etude n°3 : Le véhicule autonome : quel rôle dans la transition écologique des mobilités ?

Publié le 11 mars 2021

Accueil > Publications > Etude n°3 : Le véhicule autonome : quel rôle dans la transition écologique des mobilités ?

Note définitive

Depuis plusieurs années déjà, le véhicule autonome, aussi appelé véhicule automatisé, fait l’objet d’un engouement extraordinaire. Il est présenté comme le futur de la mobilité motorisée, que ce soit en termes de sécurité, de services et d’écologie et semble interroger la pertinence des transports collectifs traditionnels. Pourtant, de nombreuses questions persistent. Alors que cette innovation majeure pourrait définir l’avenir de la mobilité et dans un contexte où le secteur des transports fait face à l’urgence de réduire ses émissions de CO2, le Forum Vies Mobiles a demandé à la Fabrique Écologique d’évaluer la contribution réelle du véhicule autonome sur route (hors transport de marchandises) à la transition écologique à l’horizon 2050.
TÉLÉCHARGER LE PDF

Introduction

L’idée de voiture sans conducteur apparaît aux États-Unis dans les années 1920, d’abord en réponse au fort taux de mortalité sur les routes puis, dans les années 1950, comme un moyen de libérer le temps du déplacement pour permettre aux familles de se retrouver. Aujourd’hui, les recherches sur le véhicule autonome portent sur de nombreux possibles, dont l’avenir dépendra des progrès technologiques et des choix économiques et politiques qui sont faits.
Un véhicule autonome sur route peut être un véhicule individuel ou partagé (voiture en autopartage, robot-taxi, navette autonome). Pensé dès sa genèse comme un véhicule électrique en raison de la convergence des temporalités liées à ces deux innovations, le véhicule autonome n’est pas en lui- même porteur de la motorisation thermique ou électrique, ni du recours à certains types d’énergie en particulier (gaz naturel, hydrogène, etc.). De nombreuses incertitudes persistent encore sur les types de motorisations et d’énergie auxquelles il pourra avoir recours.
On distingue actuellement cinq niveaux d’autonomie, dont les deux premiers sont en réalité des assistances à la conduite déjà largement diffusées dans le parc automobile actuel. Ce n’est qu’à partir du niveau 3 que l’on peut parler de véritable conduite autonome, mais celle-ci est limitée à certaines conditions (par exemple sur autoroute) et le conducteur doit être en permanence en mesure de reprendre le contrôle. Le niveau 4 désigne l’autonomie complète sous certaines conditions météorologiques et dans certaines zones géographiques, tandis que le niveau 5, encore très largement hors de portée, désigne l’autonomie complète en toutes conditions. Ainsi, le véhicule autonome, loin d’être une technologie de rupture, est développé selon une logique incrémentale d’adaptation d’un véhicule classique.
Pour assurer la conduite autonome, les véhicules doivent être dotés de multiples équipements (caméras, radars et lidars, logiciels informatiques) leur permettant de détecter leur environnement immédiat et plus lointain, d’analyser ces informations et de prendre des décisions. Les cartographies haute définition, continuellement mises à jour, permettent de compléter les informations enregistrées par les capteurs. Le déploiement des véhicules autonomes requiert également un haut niveau de connectivité pour assurer la communication des véhicules entre eux et avec l’infrastructure, ou pour une supervision à distance, ce qui nécessitera probablement le déploiement de la 5G.

Le groupe de travail

À la suite de l’étude, un groupe de travail sera mis en place et animé par la Fabrique Écologique et le Forum Vies Mobiles. Une liste de questions issues de l’étude sera soumise à un groupe de participants issus de différents horizons professionnels : scientifiques, représentants de la société civile, professionnels de l’écologie ou du développement durable, etc. À l’issue des réunions du groupe, une note sera rédigée afin de proposer des recommandations pragmatiques et concrètes.
Lien : https://fr.forumviesmobiles.org/projet/2020/02/07/vehicule-autonome-quel-role-dans-transition-mobilitaire-13211

Politique Société

Santé environnementale

L’impact gravissime de la pandémie en matière de pollution plastique

LIRE

Article de l’Oeil - N°37 - Publié le 6 mai 2021

Synthèse

“COVID pollution: impact of COVID-19 pandemic on global plastic waste footprint”, article paru dans la revue Heliyon en février 2021,  est écrit par David E. Bassey, Nsikak U. Benson et Thavamani Palanisami. Il s’intéresse aux déchets plastiques générés à l’échelle mondiale en raison de la pandémie – gants, combinaisons médicales de protection, masques ou encore bouteilles de désinfectant à main – et tente d’évaluer leur empreinte environnementale et leurs impacts sur les écosystèmes. Cette production de déchets à usage unique est d’une telle ampleur que les récents efforts mondiaux pour diminuer l’utilisation des plastiques pourraient être réduits à néant. La majorité de ces déchets ont une autre particularité : ils sont de nature biomédicale et nécessitent donc un traitement spécifique ce qui complexifie la crise actuelle.

Climat

Mobilité

Politique Société

Territoires

Auditions des candidats à l’élection régionale en Île-de-France

LIRE

Article publié - Publié le 5 mai 2021

Synthèse

Le 4 mai 2021, La Fabrique Écologique et le Forum Vies Mobiles ont organisé une audition des principales têtes de liste à l'élection régionale en Île-de-France sur la thématique "mobilité, modes de vie et transition écologique". Clémentine Autain, Julien Bayou, Stéphane Beaudet (qui représentait Valérie Pécresse), Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin ont exposé leurs propositions et leurs visions du futur du territoire au regard des défis à relever pour qu'il fasse bon vivre en Île-de-France, et de façon durable.
Ils ont répondu aux questions de Géraud Guibert, président de La Fabrique Écologique et de Sylvie Landriève, directrice du Forum Vies Mobiles.

 

Retrouvez la vidéo de l'évènement ici.