Biodiversité

Santé environnementale

Du SRAS à la COVID-19, un appel pour une approche « One Health »

Publié le 22 juillet 2020

Accueil > Publications > Du SRAS à la COVID-19, un appel pour une approche « One Health »

Article de l’Oeil - N°33

Publié dans la revue One Health en février 2020 par Mohamed E. El Zowalaty et  Josef D. Järhult l’article : «From SARS to COVID-19: A previously unknown SARS- related coronavirus (SARS-CoV-2) of pandemic potential infecting humans – Call for a One Health approach» , s’intéresse à l’éclosion de la COVID-19 par une approche « One Health », et souligne la nécessité de la mise en œuvre d’une telle approche pour améliorer la santé humaine et réduire l’émergence de virus pandémiques
TÉLÉCHARGER LE PDF
Les auteurs rappellent la menace pour l’humanité que constituent les maladies émergentes et préconisent une approche « One Health » pour mieux comprendre, lutter et prévenir la survenue de maladies émergentes (1). Ils envisagent, ensuite, des mesures capables de freiner les risques d’éclosion de nouveaux virus émergents (2). Ils prônent, enfin, la mise en place de programmes « One Health » dans les zones à risque et de meilleures synergies entre le secteur agricole et celui de la santé publique (3).
#1 L’approche One Health stipule que les santés humaines et animales sont interdépendantes et liées à la santé des écosystèmes. L’amélioration des santés humaine, animale et environnementale vont ensemble. Pour lutter contre les menaces liées aux virus émergents telle la COVID-19, il est donc essentiel de bien comprendre leur origine et leur chaîne de transmission. Dans le cas du SRAS-Cov-2, par exemple, un reservoir, comme la chauve-souris, a transmis le virus à une autre espèce animale (porc, oiseau, pangolin…). Cette dernière, appelée hôte intermédiaire, a transmis à son tour le virus à l’Homme, qui par la suite a contaminé ses pairs.

 

#2 L’origine du COVID-19 n’est pas à l’heure actuelle démontrée. Mais il est nécessaire en toute hypothèse, pour lutter contre les virus émergents, de prendre plusieurs mesures :  
– Réduire les interfaces Homme-autres animaux-chauve-souris notamment en diffusant un message préventif auprès des populations susceptibles d’être en contact avec des chauves-souris.
– Diminuer le risque de transmission par l’hôte intermédiaire en encadrant mieux les marchés d’animaux vivants. Ces derniers gagneraient à être « segmentés » pour réduire le nombre d’espèces différentes en leur sein. Les auteurs suggèrent, par ailleurs, de tester rigoureusement les hôtes intermédiaires ou de les retirer.
– Diminuer la transmission entre humains en combinant des mesures médicales à des questionnements anthropologiques : comment les populations se comportent-elles quand elles soupçonnent la contamination ou sont malades ?, comment peut-on améliorer/changer ces comportements ?

 

#3 Les chercheurs préconisent la mise en place de programmes « One  Health » dans les régions du monde où le risque d’apparition de maladies émergentes est le plus fort : si la Chine avait en mis en place un tel programme, l’émergence du SRAS en 2002–3 et du SRAS-Cov-2 en 2019 aurait selon eux pu être évitée. La mise en œuvre de mesures One Health aiderait à réduire le risque de nouveaux virus zoonotiques (virus qui se transmettent de l’animal à l’homme) à potentiel pandémique, avec en particulier la mise en place d’un contrôle interdisciplinaire et collaboratif entre le secteur agricole et celui de la santé publique (biosurveillance, amélioration de la biosécurité dans les fermes d’élevage, dans les marchés d’animaux vivants et lors du transport des animaux, éducation du public sur les maladies zoonotiques, …)

 

L’avis de Géraud Guibert, Président de La Fabrique Ecologique
«Le concept de « One Health » a le mérite d’intégrer dans la même démarche la santé humaine, animale et des écosystèmes. Les interactions de ces trois domaines sont certainement une voie majeure d’avenir pour mieux prévenir les possibles pandémies virales. »

 

Article est disponible ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352771420300136

 

Biodiversité

La Convention sur la diversité biologique, un cadre international pour la biodiversité

LIRE

Décryptage - N°28 - Publié le 30 juin 2020

Synthèse

L'année 2020 devait être une année charnière, ponctuée de rendez-vous cruciaux, pour la protection de la biodiversité : Le Congrès Mondial de l’Union International de Conservation de la Nature (UICN) en juin à Marseille, la Conférence des Parties sur la diversité biologique (COP-15) en septembre à Kunming, en Chine. 2020 sera, pourtant, bel et bien l’année du Covid-19. Celle d’un virus qui vampirise l’attention médiatique, mais qui braque les projecteurs sur les liens qui unissent destruction des écosystèmes et développement des maladies infectieuses. A l’heure où la préservation de la biodiversité revêt une importance majeure, ce décryptage dresse un panorama de sa gouvernance et de ses enjeux.

Consommation

International

Santé environnementale

Soirée de lancement de l’Atlas du Plastique

LIRE

Article publié - Publié le 3 mars 2020

Synthèse

« Nous vivons à une époque où nous touchons plus souvent du plastique que nous ne touchons ceux que nous aimons ». Voici les premiers mots de Jens Althoff, directeur du bureau de Paris de la Fondation Heinrich Böll. Cette soirée-débat a été organisée à l’occasion de la publication de l’Atlas du Plastique au Palais de la découverte.  Près de 200 personnes étaient présentes à cette soirée pour participer à nos tables-rondes, animées par Jules Hebert, coordinateur des programmes Transition énergétique, écologique et sociale à la Fondation Heinrich Böll – France et Anahita Grisoni, directrice opérationnelle de La Fabrique Ecologique.
Jens Althoff et Lucile Schmid, vice-présidente de La Fabrique Ecologique ont présenté l’Atlas du Plastique comme le résultat d’une coopération franco-allemande efficace sur le thème du plastique et de ses conséquences. Il est à la fois un « Atlas de responsabilisation » et une source d’inspiration qui nous invite à agir et à débattre sur des questions de justice sociale, d’écologie mais aussi de géopolitique, d’économie, de santé publique… Rappelons que nous ingérons en termes de plastique, l’équivalent d’une carte de crédit par semaine.

 

Retrouvez un compte-rendu détaillé de l'événement ici: