Lancement

février

2019

Climat

Politique Société

L'urgence climatique implique-t-elle l'autoritarisme ?

Intervenants

Eric Vidalenc

Président

Les dynamiques climatiques et politiques à l’œuvre aujourd’hui ne peuvent être comprises séparément. D’une part, le dérèglement climatique est de plus en plus perceptible, notamment à travers la multiplication d’événements météorologiques extrêmes. Il rend indispensable l’adoption imminente de mesures efficaces : l’urgence est ici le maître mot. D’autre part, un nombre croissant d’hommes politiques se revendiquant comme autoritaires accèdent au pouvoir, en Europe et dans le monde. Si certains d’entre eux sont climato-sceptiques, voire climato-négationnistes, d’autres régimes non démocratiques font quant à eux preuve d’une volonté marquée dans le déploiement de technologies vertes ou bas carbone. La Chine est ainsi souvent citée comme étant à la fois le premier émetteur de CO2 mais également premier fabricant de cellules photovoltaïques.
 Un tel contexte laisse émerger des questionnements sur la capacité des régimes démocratiques à mener à bien et à temps la transition écologique. Ce groupe de travail se donne ainsi pour objectif de définir les caractéristiques que la démocratie doit porter en elle afin d’être à la hauteur des enjeux climatiques du XXIe siècle. Dans cette optique, le groupe étudie les liens entre science, technologie et démocratie. Il se penche également sur la capacité des différents régimes politiques à apporter les réponses nécessaires aux enjeux climatiques. Et enfin, face à l’émergence de nouvelles formes de mobilisation et d’interpellation du pouvoir, le groupe questionne la pertinence des différents cadres d’action aujourd’hui possibles, de l’initiative individuelle au mouvement collectif.